FabBRICK change nos fripes en briques

Posted on 06 août 2020.

Il y a de moins en moins de ressources naturelles pour construire et de plus en plus de déchets. Pour lutter contre le gaspillage, FabBRICK transforme nos vieux vêtements en un matériau de construction innovant.

En trois ans, FabBRICK a transformé 8 tonnes de textile en plus de 17 000 briques.

Chaque année en Europe, 4 millions de tonnes de textile sont jetées. Dans le même temps, le secteur de la construction est le premier producteur de déchets : 227 millions de tonnes rien qu’en France. Et si en associant ces deux industries dans une démarche circulaire, on pouvait soulager les déchetteries et alléger la facture environnementale ?

C’est le pari de Clarisse Merlet, entrepreneuse et architecte, avec une idée aussi simple que brillante : FabBRICK, des briques fabriquées à partir de vêtements en fin de vie.

Composée exclusivement d’ingrédients biosourcés et non polluants, une brique de FabBRICK contient en moyenne l’équivalent de deux t-shirts. Une matière première que l’entrepreneuse a reçue, déjà broyée, d’une entreprise de collecte de vêtements. Les copeaux colorés sont mélangés à une colle élaborée par Clarisse Merlet, puis placés dans un moule et compressés mécaniquement.
Mise au point spécialement pour le projet, la machine n’utilise pas d’autre énergie que celle de l’architecte, qui l’active avec un cric. Au bout du processus, les briques sèchent pendant deux semaines, de manière naturelle. Autobloquantes, elles peuvent ensuite être empilées sans glisser.
Les fripes que nous déposons, en ville, dans les bacs prévus à cet effet, trouvent ainsi une seconde vie : les pièces trop abîmées pour être réutilisées deviennent d’excellents matériaux de construction, offrant une isolation à la fois phonique et thermique.

Prototypes et récompenses

« J’étais étudiante en architecture et je cherchais comment on pouvait construire autrement, explique Clarisse Merlet à Brut. Donc j’ai fait différents prototypes avec différentes colles écologiques, différentes manières de mettre le textile dans le moule pour le compresser. Et je suis arrivée à un prototype qui se tenait bien, qui réagit bien au feu et qui tient à l’humidité, également. »

Ce qui n’était au départ qu’un projet d’école fait aujourd’hui la fierté de l’entrepreneuse : lauréate du concours Faire Paris 2017 et de l’appel à projets Start’in ESS 2019, Clarisse Merlet a aujourd’hui produit plus de 17 000 briques, soit 8 tonnes de textile recyclé.

Elle a livré sept chantiers et peut désormais compter sur l’aide d’un premier employé. Parmi ses clients, on trouve des enseignes de prêt-à-porter comme Jules, qui se servent de ses briques pour réaliser des cloisons et des rangements ! Un véritable retour à l’envoyeur pour une illustration grandeur nature, en boutique de vêtements, de l’intérêt de la circularité.