Comment Kamikatsu est devenue le bon élève du recyclage au Japon

Publié le 15 décembre 2020

En quelques années, cette petite commune rurale pionnière est devenue une véritable vitrine pour la gestion des déchets et le développement de l’économie circulaire dans l’archipel.

Kamikatsu attire chaque année 2 000 touristes et professionnels du monde entier soucieux d’améliorer leurs pratiques.

Petite commune rurale de montagne au Japon, Kamikatsu est une ville de 1 600 habitants qui s’étire sur 55 hameaux. Sa géographie étendue a très vite été identifiée comme une contrainte coûteuse pour le ramassage en porte-à-porte des déchets.

Alors que chaque habitant apportait traditionnellement ses déchets pour les brûler dans un espace d’incinération à ciel ouvert, la municipalité décide, dans les années 1990, de mettre en place une politique de recyclage active (Recycling Town Project). Sa première action, d’incitation financière, a permis d’équiper 97 % des habitants de la commune de composteurs électriques, réduisant la quantité d’ordures ménagères à collecter.

Puis, en 1997, une loi nationale donne la compétence de tri et recyclage des déchets aux villes. Les agents municipaux de Kamikatsu entament alors un travail colossal visant à réduire encore davantage les déchets. La stratégie : chercher des opérateurs capables de recycler et réutiliser chacune des typologies de déchets.
Au fur et à mesure que les agents municipaux trouvaient de nouvelles filières de recyclage, de nouvelles catégories de déchets à trier étaient créées.
Aujourd’hui, Kamikatsu compte… 45 catégories de tri : cinq pour les métaux, six pour les plastiques, neuf pour les papiers… Cette politique se concrétise en 2003 par l’écriture de la « Zero Waste Declaration », qui fixe pour objectif 100 % de recyclage sur le territoire municipal en 2020.

Pour atteindre ce but, la collecte en porte-à-porte est supprimée et un centre de tri est construit en remplacement de l’incinérateur à ciel ouvert. Les habitants de la commune sont amenés à trier leurs déchets de manière très minutieuse en respectant les 45 catégories de tri. Ils doivent aussi les nettoyer et les apporter au centre de tri.
Pour ce faire, la municipalité met en place une politique d’éducation au tri avec des seniors bénévoles. Une stratégie gagnante : Kamikatsu affiche, en 2016, un taux de recyclage de 81 %.

Doubles bénéfices

Pour la commune, les bénéfices sont autant économiques qu’écologiques. La disparition de la collecte en porte-à-porte a permis de réduire les coûts de la ville. En parallèle, le tri des déchets étant plus méticuleux, la municipalité peut vendre les déchets à un prix plus élevé que la moyenne. Cela lui assure un équilibre financier qui lui a permis de financer sa nouvelle déchetterie et sa politique de circularité des déchets.

Des activités se sont également créées autour de la déchetterie : un dépôt-vente gratuit, un centre artisanal de création d’objets à partir de déchets, un café. Le centre de tri devient ainsi un lieu de rencontre, animé par l’association Zero Waste Academy.
Même si l’objectif fixé d’un taux de recyclage à 100 % pour 2020 semble difficile à atteindre selon les experts, la commune de Kamikatsu a développé au fil des années un modèle de gestion des déchets innovant et unique, créateur d’activités et de cohésion territoriale.
Elle attire ainsi chaque année 2 000 touristes, des membres de nombreuses municipalités et des professionnels venus du monde entier, soucieux d’améliorer leurs pratiques.