À Abidjan, AfricWaste optimise la collecte de bouteilles en plastique

Le projet ivoirien AfricWaste, cofondé par Veolia, vise à mettre en place une filière structurée de valorisation des déchets plastiques. Pour cela, il s’appuie sur le système de collecte informel du pays.

Si les déchets présentent une valeur, AfricWaste crée un lien entre les gens qui les produisent, ceux qui les collectent et Veolia qui les recycle.

Chaque jour, en Côte d’Ivoire, Abidjan produit 288 tonnes de déchets plastiques, dont une grande quantité de bouteilles en plastique. Faute d’une véritable politique de gestion des déchets, seuls 5 % de ces derniers sont recyclés. Le reste finit dans des décharges à ciel ouvert, polluant l’air, les sols, les cours d’eau, mais aussi les terrains de jeux pour enfants. Pour réduire cette pollution, AfricWaste a décidé d’implanter dans la capitale économique du pays une filière structurée de collecte et de valorisation des déchets plastiques. À commencer par les bouteilles en PET (polytéréphtalate d’éthylène).
Créé par Veolia et le groupe de BTP PFO Africa, ce projet vise à maximiser le système de collecte informelle, maillon incontournable du recyclage en Côte d’Ivoire. Le but de cette opération est d’optimiser la collecte informelle, système doté d’une véritable organisation qui fonctionne plutôt bien mais n’atteint pas son potentiel maximum. Un premier projet pilote a été installé au cœur de la décharge d’Akouédo. Un point de stockage a permis aux collecteurs informels d’y vendre des bouteilles en plastique récupérées auprès des particuliers et des commerçants. Chaque mois, entre octobre 2017 et mars 2018, 15 tonnes de PET ont ainsi pu être récupérées puis valorisées en matière plastique recyclée. 
 

Le smartphone au cœur du projet

Suite à la réussite du projet, une deuxième phase pilote a été menée de mars à septembre 2018 dans la commune de Treichville, au sud de la capitale. Et pour faciliter la collecte des bouteilles en plastique, une application pour smartphone a été lancée. Elle permet aux usagers d’indiquer la quantité de déchets qu’ils souhaitent faire enlever et le lieu où ils se trouvent. Les déchets peuvent alors être récupérés par le collecteur le plus proche, qui est rémunéré via un paiement mobile. 
Le projet est né de cette idée : si les déchets présentent une valeur, AfricWaste crée un lien entre les gens qui les produisent, ceux qui les collectent et Veolia qui les recycle. Cette relation est facilitée grâce au paiement par téléphone, un service d’ailleurs né sur le continent africain.
À terme, l’objectif d’AfricWaste est de pouvoir confier ces plateformes de collecte et de tri à des entreprises de l’économie sociale et solidaire ivoiriennes. Celles-ci fourniront les déchets collectés à Veolia, qui s’occupera alors de leur traitement et leur recyclage.
 

Image principale : © AfricaWaste

Back to top
comments powered by Disqus