©Circul'R

A vélo de Marseille à Athènes, à la rencontre des solutions d’économie circulaire

Découvrez « Cycle For Mediterranea », l’aventure de deux Français qui partent pour un tour d’un mois à vélo à la rencontre des solutions d’économie circulaire en Méditerranée.

Objectif : montrer qu’il existe des solutions pour résoudre le problème de la pollution des océans et que la mobilisation peut venir de tous les acteurs de la société.

En 2015, deux jeunes Français, Jules Coignard et Raphaël Masvigner, partaient pour un tour du monde de 17 mois à la rencontre des entrepreneurs de l’économie circulaire. A leur retour en France deux ans plus tard, ils créaient Circul’R, une entreprise sociale qui connecte les start-up de l’économie circulaire avec des organisations, entreprises et collectivités qui souhaitent transformer leur modèle.

Aujourd’hui, l’heure est au passage de relais et c’est à Stéphanie Talevis et Pierre Georgin – les deux premières recrues de Circul’R – de prendre la route. Le 26 juillet 2018, ils s’élanceront depuis Marseille pour 1 000 kilomètres à vélo qui les conduiront jusqu’à Athènes. « Cycle for Mediterranea » : un tour de Méditerranée d’un mois à la rencontre des solutions d’économie circulaire !

Comment ce projet est-il né ? Stéphanie, franco-grecque, et Pierre, habitué depuis tout petit à passer ses étés chez sa grand-mère corse, ont été très tôt sensibilisés à la problématique de la pollution en Méditerranée. Rappelons en effet que la « Mare nostrum » est l’une des mers les plus polluées au monde, avec environ 250 milliards de particules de plastique flottantes.

« 80 % des déchets proviennent de la terre », souligne Pierre. Ce qui signifie aussi que les solutions pour réduire les déchets à la source et éviter qu’ils ne terminent leur course dans la nature proviennent de la terre. C’est tout le principe de l’économie circulaire qui vise à transformer les déchets des uns en ressources pour les autres.

« On s’est dit qu’on voulait profiter de nos vacances pour allier l’utile à l’agréable, en allant à la rencontre de personnes inspirantes qui mettent en place des solutions à impact positif pour la planète. On ne se focalise pas uniquement sur les start-up, on s’intéresse aussi aux projets des collectivités, des associations et des citoyens bien sûr ! », raconte Stéphanie.
 

25 projets à visiter

Les deux jeunes cyclistes se sont fixé pour objectif d’aller à la rencontre de 25 projets. S’ils en ont déjà identifié une grosse partie, ils comptent également sur les imprévus du voyage pour les amener à découvrir d’autres initiatives.

L’objectif principal est de montrer qu’il existe des solutions pour résoudre le problème de la pollution marine et que la mobilisation peut venir de tous les acteurs de la société. « Se rendre sur le terrain est le meilleur moyen de s’imprégner des projets et de comprendre les problématiques », expliquent Stéphanie et Pierre. Ils documenteront leur voyage au quotidien sur les réseaux sociaux de Circul’R : Facebook et Instagram. Un reportage vidéo est également prévu à leur retour.

Sur place, ils pourront par ailleurs connecter certains projets – en fonction de leurs besoins – avec l’écosystème Circul’R, composé de plus de 350 start-up mais aussi de fonds d’investissement ou encore de partenaires institutionnels. « L’Italie et la Grèce sont des pays par lesquels Jules et Raphaël ne sont pas passés pendant leur tour du monde, remarque Pierre. Ce périple est donc aussi l’occasion d’identifier des initiatives pour enrichir le réseau Circul’R. »

Et pour être cohérents jusqu’au bout de leurs guidons, Stéphanie et Pierre ont tout prévu pour que leur voyage soit « zéro déchet ». A commencer par leur trajet – zéro émission – puisque réalisé principalement à la force de leurs mollets.

 

De nombreux soutiens

Ils sont soutenus dans leur démarche par Zéro Waste France qui leur a prodigué de précieux conseils. Le magasin Décathlon Rosa Parks, dans le 19e arrondissement de Paris, leur a par ailleurs fourni tout leur équipement sportif, dont une bonne partie provient de la gamme seconde vie. Enfin, ils filmeront leur voyage avec un iPhone « reconditionné bien sûr », précise malicieusement Stéphanie, économie circulaire oblige.

A quelques jours du départ, les deux cyclistes se disent sereins : « On est extrêmement heureux d’avoir reçu tous ces soutiens, notamment de la part d’acteurs majeurs de l’économie circulaire comme Veolia, Citéo et le ministère de la Transition écologique et solidaire. A aucun moment, on ne nous a dit que ce projet n’avait pas de sens, cela prouve bien qu’il y a un véritable engouement autour de l’économie circulaire. »

Vous pouvez suivre les aventures de Stéphanie et Pierre sur les réseaux sociaux, leur souffler des idées d’initiatives auxquelles rendre visite, fêter leur départ à La Recyclerie le 25 juillet et même vous joindre à eux si le cœur vous dit de pédaler à la rencontre de projets circulaires innovants cet été !
 

Crédits : ©Circul'R

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus