Valoriser une algue invasive pour construire des maisons

Posted on 16 janvier 2020.

L’entrepreneur mexicain Omar Sánchez Vázquez a créé une solution pour transformer la sargasse, une algue brune invasive, en brique de construction. Il a construit sa première maison en quinze jours, avec 2 000 briques, valorisant 20 tonnes de sargasses.

Depuis quelques années, les belles plages mexicaines sont envahies par les sargasses, ces algues brunes qui piègent les tortues de mer et emplissent l’air d’une odeur d’œuf pourri, menaçant l’écosystème marin et le tourisme. Dans l’État de Quintana Roo, situé au sud du Mexique dans la péninsule du Yucatán, 155 000 m3 de sargasses ont été collectés sur les plages et dans les eaux côtières de sept municipalités entre juin et septembre 2018.

Face à la gravité de la situation, l’État et les autorités fédérales ont déployé d’importants moyens, avec notamment l’installation de barrières anti-algues. La population locale s’est elle aussi mobilisée pour imaginer les meilleures utilisations possibles de l’énorme quantité de sargasses échouées sur les plages. Certains Mexicains ont eu l’idée de valoriser cette matière première pour produire du bioplastique, des engrais ou du biogaz. Fondateur de la société BlueGreen, Omar Sánchez Vázquez, lui, a choisi de transformer l’algue brune en matériau de construction.

 

Donner un toit aux plus démunis grâce à la revalorisation

En mélangeant les algues à de l’adobe (de l’argile mélangée avec de l’eau et une faible quantité de paille hachée – ou autre liant – qui peut être façonnée en briques séchées au soleil), l’entrepreneur mexicain a pu créer des briques de construction très solides et résistantes. Il a érigé sa première maison en quelques jours seulement, avec 2 000 briques, ce qui lui a permis de valoriser 20 tonnes de sargasses. L’habitation, rustique mais chaleureuse, a été baptisée « Angelita » en l’honneur de sa mère ; c’est une réplique exacte de la maison dans laquelle il a grandi à Guadalajara, dans l’ouest du Mexique. D’une superficie de 40 m2, elle comprend un salon, une cuisine, deux chambres et une salle de bains, et, selon Omar Sánchez Vázquez, est capable de résister aux ouragans et aux tremblements de terre. Elle ne coûte que 3 700 dollars.

Il destine ses maisons en brique organique aux familles à faible revenu, l’objectif principal de BlueGreen étant de donner un toit aux plus démunis grâce à la revalorisation. Il aurait été approché par un habitant de Cancún désireux de financer la construction d’une quarantaine d’habitations de ce type. Tirant parti d’une situation environnementale difficile pour apporter une solution à la collectivité, le projet d’Omar Sánchez Vázquez a suscité l’intérêt de plusieurs entreprises et sociétés de construction, qui souhaitent le déployer à grande échelle. Omar Sánchez Vázquez a par ailleurs indiqué que ses briques à base de sargasse seraient bientôt utilisées dans la construction d’un nouvel écohôtel à Tulum.