Une grande barrière de bulles contre la pollution marine

La plupart des déchets plastiques présents dans les océans proviennent de la terre ferme. The Great Bubble Barrier stoppe les déchets plastiques avant qu’ils ne s’y déversent grâce à un ingénieux système de rideaux de bulles.

C’est sur la terre ferme qu’il faut agir contre la prolifération des déchets plastiques dans les océans.

Vous connaissez sans doute l’existence des « continents de plastique », ces immenses étendues de déchets plastiques flottants situées dans certaines zones des océans… Mais savez-vous d’où viennent ces déchets qui s’accumulent sous l’effet des courants marins ? Si 10 % d’entre eux sont directement jetés dans la mer, 80 % proviennent de l’intérieur des terres.

La plupart du temps, ces déchets plastiques arrivent dans les océans via les cours d’eau. Traversant les terrains agricoles et industriels ou les agglomérations urbaines, ils drainent en effet une multitude de débris. C’est ainsi qu’un sac en plastique abandonné sur le bord de la route aura de fortes chances de se retrouver un jour dans l’océan !

C’est donc sur la terre ferme qu’il faut agir si l’on veut prévenir la prolifération de plastique dans les océans. D’où l’idée de The Great Bubble Barrier: nettoyer les rivières, canaux et autres cours d’eau à l’aide d’une « grande muraille de bulles ». Fondée début 2017 par trois Néerlandaises, Francis Zoet, Anne Marieke Eveleens et Saskia Studer, l’entreprise sociale veut s’attaquer au problème de la pollution plastique en mer à la source.

 

Vous ne passerez pas !

L’idée est finalement assez simple. Il s’agit de placer un tuyau parsemé de trous au fond de l’eau, à l’intérieur duquel on fait circuler de l’air. Cela crée un rideau de bulles qui bloque le passage des déchets emportés par le courant.

En disposant astucieusement deux rideaux en diagonale, The Great Bubble Barrier empêche les déchets plastiques de s’écouler vers l’aval et donc de se répandre, à terme, dans l’océan. Ils sont alors dirigés vers les berges où ils pourront être facilement collectés à l’aide, par exemple, d’un tapis roulant.

L’avantage de cette solution par rapport aux innovations actuelles, c’est qu’elle permet d’attraper aussi bien les débris qui se trouvent au fond de l’eau que ceux qui flottent à la surface. L’équipe de The Great Bubble Barrier assure que le système ne gêne pas la circulation des poissons et des bateaux.

En mai 2017, The Great Bubble Barrier a été testée dans les installations de l’institut de recherche néerlandais Deltares. Quelques mois plus tard, l’entreprise lançait une expérimentation grandeur nature de trois semaines dans la rivière IJssel avec une barrière de bulles de 200 m, permettant de démontrer le bon fonctionnement du dispositif en toutes circonstances.

La suite ? Installer des rideaux de bulles dans des endroits stratégiques à travers le monde. Selon The Ocean Cleanup, la fondation de Boyan Slat, 67 % du plastique déversé dans les océans proviendraient des vingt rivières les plus polluantes du monde, situées principalement en Asie (86 % du total des déchets plastiques arriveraient du continent asiatique). De grandes murailles de bulles disposées dans quelques-unes de ces rivières pourraient ainsi avoir un énorme impact sur la réduction de la pollution marine.

DROITS IMAGE : © Veolia

Back to top
comments powered by Disqus