Une éolienne de ville ouverte à tous les vents

En Grande-Bretagne, deux étudiants de l’université de Lancaster ont imaginé la turbine O-Wind, une mini-éolienne de ville au design ingénieux.

Yaseen Noorani et Nicolas Orellana, les deux jeunes inventeurs de la turbine O-Wind, veulent contribuer à augmenter la part de l’énergie éolienne dans la production mondiale d’électricité qui représente aujourd’hui, selon le Conseil mondial de l’énergie, seulement 4 % du total. Comment ? En tirant parti d’une ressource encore inexploitée : le vent qui souffle… dans les villes. Et en permettant aux personnes qui vivent en appartement de générer leur propre électricité verte.
Nos villes peuvent en effet se révéler très venteuses. L’idée d’y installer des éoliennes est donc séduisante, mais présente de nombreuses contraintes. En ville, les vents sont pour le moins capricieux : les vitesses mesurées sont fluctuantes, avec par moments de fortes rafales. En outre, ces vents sont particulièrement turbulents avec des changements permanents de direction, en raison notamment de la présence de grands bâtiments et autres obstacles, ce qui rend les turbines traditionnelles à axe horizontal inefficaces.
Or la turbine O-Wind n’est pas une éolienne traditionnelle. Grâce à son design unique, elle est capable de capturer les vents qui soufflent dans n’importe quelle direction, verticalement ou horizontalement. Par ailleurs, sa taille et sa forme compactes lui permettraient d’être disposée sur des immeubles d’habitation, la rendant donc accessible aux citadins.
 

C’est en analysant les limites du Tumbleweed Rover de la NASA, une grosse sphère gonflable conçue pour se déplacer de manière autonome sur Mars afin de récolter des données scientifiques, que les deux étudiants anglais ont imaginé ce concept de turbine omnidirectionnelle.
La turbine O-Wind est un dispositif en forme de sphère fixé sur un seul axe de rotation et parsemé d’ouvertures – des évents (l’évent est l’orifice situé sur la tête des cétacés) –, qui permettent au vent de pénétrer, quelle que soit sa direction. Lorsque le vent souffle, la sphère pivote et cette rotation alimente un générateur qui transforme la force du vent en électricité. Cette électricité peut alors être directement utilisée ou bien être injectée dans le réseau national.
Grâce au design ingénieux de leur turbine, Yaseen Noorani et Nicolas Orellana ont remporté le premier prix du prestigieux concours international The James Dyson Award en 2018.
 

Image principale : © Veolia © Noémie Rosset

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus