Refabricator, la machine à recycler dans l’espace

La Station spatiale internationale possède désormais une machine hybride, combinant un système de recyclage et une imprimante 3D, capable de transformer les déchets en filaments plastiques afin de fabriquer de nouveaux objets dans l’espace.

Les technologies de recyclage développées dans l’optique de la conquête spatiale pourraient avoir des applications ici, sur Terre.

En novembre 2018, le vaisseau cargo Cygnus livrait un joli cadeau de la NASA aux astronautes de la Station spatiale internationale (ISS), ce laboratoire scientifique placé en orbite terrestre basse : un système de recyclage baptisé « Refabricator », capable de transformer, en apesanteur, les déchets plastiques en matériaux d’impression en 3D.
Les technologies d’impression 3D et de fabrication additive trouvent de nombreuses applications dans la conquête spatiale, que ce soit en amont d’une mission spatiale (création de pièces de satellites, par exemple), à bord d’un vaisseau, et même sur une planète (construction d’un habitat spatial sur Mars).
Pas facile, en effet, de stocker dans un véhicule spatial toutes les pièces dont les astronautes pourraient avoir besoin lors d’une mission d’exploration de longue durée. Par ailleurs, envoyer de nouveaux composants via des navettes de ravitaillement coûte très cher et peut parfois prendre plusieurs mois.
C’est une des raisons pour lesquelles la NASA signait, en 2015, un accord de recherche et d’innovation avec la société aérospatiale américaine Tethers Unlimited, marquant le début du projet Refabricator contribuant à « implémenter un écosystème de fabrication dans l’espace véritablement durable », c’est-à-dire un modèle permettant de réutiliser des pièces en plastique et déchets pour concevoir de nouveaux objets.


Recycler à l’infini, de l’espace à la Terre

Testé à bord de l’ISS, le Refabricator est capable de convertir des déchets plastiques en matières premières plastiques compatibles avec le système d’impression 3D de la NASA (la première pièce imprimée en 3D dans l’espace a été fabriquée en novembre 2014).
Le dispositif pourrait ainsi servir à créer du matériel médical, des pièces de rechange et autres objets divers tout en permettant aux astronautes de se débarrasser de certains déchets encombrants. Cela pourrait faire baisser le nombre de missions de ravitaillement nécessaires et donc réduire le coût des missions d’exploration spatiale et augmenter l’autonomie des équipages des vaisseaux.
D’un point de vue de l’économie circulaire, les technologies de recyclage développées pour la conquête spatiale pourraient avoir des applications ici, sur Terre. En l’espèce, Refabricator apporte plusieurs innovations.
« Les machines à recycler sur Terre broient des granulés de plastique pour créer des produits. Mais ce broyage génère une matière extrafine, ce qui nous empêche de réutiliser ce plastique [dans notre imprimante 3D] – il n’est plus suffisamment solide [pour une utilisation dans l’espace] –, explique Niki Werkheiser, responsable de fabrication In-Space au Centre de vol spatial Marshall de la NASA. Pour cette démonstration technologique, Tethers Unlimited a développé un processus de recyclage novateur qui ne nécessite pas de broyage – et qui nous permet de recycler le plastique plusieurs fois. »

Le Refabricator peut même recycler certains plastiques que les systèmes de recyclage « terrestres » ne peuvent habituellement pas traiter. Les emballages – mousses de calage et sacs en plastique – qui protègent les composants acheminés vers l’ISS peuvent par exemple être transformés en seringues, ustensiles de cuisine ou outils de bricolage customisés.

Image principale : @Noemie Rosset @ Veolia

Back to top
comments powered by Disqus