Le premier train 100 % solaire au monde circule en Australie

Publié le 08 décembre 2020

Sur l’île-continent, la Byron Bay Railroad Company a eu l’idée de rénover une ancienne locomotive pour faire rouler le premier train au monde fonctionnant uniquement à l’énergie solaire.

Partout dans le monde, des lignes ferroviaires désaffectées sont réhabilitées pour le plus grand bonheur des passagers et des locomotives mythiques sont restaurées. Le train de la Byron Bay Railroad Company appartient à cette catégorie. Avec ses voitures d’un beau rouge brique et ses banquettes en cuir vintage, il a fière allure.

Un trajet aller-retour de 6 km nécessite 5 kWh d’énergie solaire. Le surplus d’énergie électrique est réinjecté dans le réseau local.

Sauf que ce petit bijou ne fonctionne ni à la vapeur ni au diesel. Il est le premier train électrique au monde entièrement alimenté à l’énergie solaire. Un voyage dans le temps pour revivre le passé, mais aussi pour découvrir le futur des énergies renouvelables.

Ce train pas comme les autres est né dans la tête de Brian Flannery, un homme d’affaires australien ayant fait fortune dans le charbon, qui cherchait un mode de transport alternatif pour les clients de son luxueux hôtel situé dans la ville côtière de Byron Bay, à 800 km au nord de Sydney.

Il décide alors de réhabiliter une ligne de chemin de fer désaffectée et de faire restaurer un vieux « 600 class », un train diesel construit après la Seconde Guerre mondiale qui a sillonné la Nouvelle-Galles du Sud, et choisit de le faire rouler à l’énergie solaire.

Pour ce faire, la Byron Bay Railroad Company, société à but non lucratif fondée par Brian Flannery, remplace l’un des moteurs diesel de la locomotive par une batterie lithium-ion (l’autre moteur diesel ayant été conservé comme solution d’urgence en cas de panne électrique).

Pour alimenter cette batterie, deux réseaux de panneaux photovoltaïques ont été installés, l’un sur le toit du train et l’autre sur le toit de la gare de North Beach. L’énergie solaire collectée par les panneaux est ainsi injectée dans la batterie durant le trajet ou pendant l’arrêt en gare.

Parallèlement, un système permettant de récupérer une partie de l’énergie du freinage a été mis en place.

 

Un bilan énergétique positif

Grâce à ces technologies, ainsi qu’à son poids relativement réduit, le train peut fonctionner uniquement grâce à l’énergie solaire sur un trajet (très) court et plat.

Un trajet aller-retour entre les gares de Byron Beach et North Beach de 6 km nécessite 5 kWh d’énergie solaire. Le surplus d’énergie est réinjecté dans le réseau local. Selon le directeur du projet, 60 000 kWh auraient ainsi été transférés au réseau local en un an, l’équivalent de l’énergie consommée par douze foyers de trois personnes. Un bilan énergétique positif, donc.