Pour Romain Pilliard, une Route du Rhum en mode circulaire

Le 4 novembre 2018, le skipper français s’élancera en direction de la Guadeloupe avec un trimaran de légende entièrement rénové : celui qui a permis à Ellen MacArthur de réaliser son record du tour du monde en solitaire en 2005.

Totalement rénové, ce géant des mers de 75 pieds porte bien son nouveau nom : Use it Again !

Qui mieux que les marins peut observer le désastre écologique qui se joue dans nos océans depuis plusieurs décennies ? Chaque année, 8 millions de tonnes de déchets plastiques sont déversées dans les mers, polluant l’environnement et détruisant la biodiversité marine.

C’est ce constat qui a poussé Ellen MacArthur à créer en 2010 sa fondation dédiée à l’économie circulaire. La célèbre navigatrice britannique voit dans ce nouveau modèle économique le meilleur moyen de préserver l’océan de la pollution plastique.

Également sensibilisé à cette cause par ses voyages en mer, le skipper français Romain Pilliard s’est lancé à son tour dans une aventure circulaire. Il a offert une seconde vie au trimaran d’Ellen MacArthur pour concourir à la prochaine Route du Rhum. Le coup d’envoi sera donné le 4 novembre 2018 au large de Saint-Malo, et la course mènera les navigateurs jusqu’en Guadeloupe.

Pour permettre au multicoque de relever ce défi, un long travail de rénovation a été nécessaire. Romain Pilliard s’est fixé une consigne claire : réutiliser le maximum de pièces existantes et faire preuve d’imagination pour remplacer les plus abîmées, sans acheter de matériel neuf.

Toutes les pièces du trimaran ont donc été démontées une à une puis passées au peigne fin, pour vérifier leur état. Celles toujours opérationnelles ont pu être conservées, tandis que celles devenues obsolètes ont été remplacées par du matériel reconditionné ou recyclé. C’est par exemple le cas des appareils de navigation (GPS, radar, etc.) et ordinateurs de bord qui ont été choisis d’occasion.

Romain Pilliard a même souhaité garder l’ancienne voile du bateau. Celle-ci a seulement été redimensionnée grâce à des jeux de voile offerts par d’autres skippers professionnels.

Totalement rénové, ce géant des mers de 75 pieds (soit 23 m) porte donc bien le nouveau nom qui lui a été donné : Use it Again !

 

Cap sur une énergie 100 % renouvelable

Et ce n’est pas tout : le fonctionnement du trimaran est tout aussi écologique. Le système électrique du bateau a en effet été entièrement revu de manière à limiter son impact sur l’environnement. À bord, l’équipe de Romain Pilliard a ainsi prévu d’installer une ou deux éoliennes, des panneaux solaires, et même un hydrogénérateur : une petite hélice mue par le sillage du bateau qui peut servir de moteur annexe. Autant d’équipements qui permettront d’alimenter les instruments de navigation et les outils de communication en énergie renouvelable.

Pour le navigateur français, cette démarche est évidemment porteuse de messages forts. Il souhaite d’abord sensibiliser le grand public à l’importance de modifier nos modes de consommation pour mieux valoriser nos déchets et préserver la planète.

Mais c’est aussi l’occasion de prouver qu’un projet circulaire peut être performant. Use it Again ! s’apprête en effet à courir dans la catégorie « ultime », aux côtés des cinq trimarans les plus rapides du monde. Que le plus circulaire gagne !
 

Droits image : © Veolia

  

 

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus