The Plant, une ferme urbaine qui tourne en boucle

Objectif : transformer chaque année 10 000 tonnes de déchets alimentaires en électricité pour alimenter 250 foyers.

Il n’y a pas si longtemps, The Plant était une usine de transformation de viande porcine à Chicago. Destiné à être détruit, le bâtiment de 8 600 m² construit en 1925 dans le Back of the Yards, le quartier des abattoirs de la ville, et exploité par Peer Foods jusqu’en 2007, avait été laissé à l’abandon, avant d’être racheté, en 2010, par Bubbly Dynamics, une entreprise sociale fondée en 2002 par John Edel.
Une petite équipe d’employés de Bubbly et de volontaires se met alors à restaurer l’édifice dans le but d’en faire un espace dédié à l’agriculture urbaine et aux modes de production alimentaire durables. Le sous-sol est ainsi aménagé pour accueillir des systèmes aquaponiques, et le rez-de-chaussée est transformé en brasserie. Témoin de ces changements, le « P » du panneau « Peer » érigé au sommet de l’ancienne usine est retourné pour faire apparaître le mot « Beer » (« bière » en français).

Aujourd’hui, The Plant, présenté comme un incubateur de petits producteurs locaux, héberge une quinzaine d’entités, incluant donc une microbrasserie, une boulangerie, plusieurs petites fermes qui cultivent des végétaux en hydroponie, un torréfacteur… Le site organise également un marché des producteurs, ainsi que des ateliers pédagogiques à destination des étudiants et du grand public, et mène divers projets de recherche autour de l’économie circulaire et de l’agriculture urbaine.

 

Laboratoire vivant

The Plant est un « work in progress », un « laboratoire vivant » explorant la création de boucles vertueuses d’économie circulaire. Car, au-delà de la production de denrées hyper-locales au cœur d’un désert alimentaire (un espace où les habitants ne peuvent se procurer des aliments sains à des prix abordables), l’idée est aussi de tisser des liens entre les différentes entreprises hébergées afin de favoriser la collaboration et les flux de matières, les déchets des unes devenant des ressources pour les autres. Par exemple, les sous-produits de la brasserie artisanale sont utilisés pour nourrir les poissons élevés un étage plus bas, dans les fermes aquaponiques.

Clef de voûte du dispositif, un méthaniseur devrait bientôt être construit au cœur de l’usine. Alimentée par les déchets alimentaires et les sous-produits des entreprises présentes sur le site, l’installation permettra de couvrir entièrement leurs besoins en énergie et en chaleur.

À terme, l’objectif est de détourner plus de 10 000 tonnes de déchets alimentaires des décharges chaque année et de produire suffisamment d’électricité pour alimenter 250 foyers.

Back to top
comments powered by Disqus