A Paris, une croisière « zéro émission » sur la Seine

Publié le 25 février 2021

La compagnie de transport fluvial Paris Yacht Marina a lancé son premier bateau 100% électrique, le Black Swan, équipé d’anciennes batteries de véhicules électriques Renault.

En choisissant d’utiliser d’anciennes batteries, Seine Alliance apporte une voie de valorisation supplémentaire aux batteries de voitures électriques.

Sur le port de Grenelle, à deux pas de la Tour Eiffel, Paris Yacht Marina propose à ses clients des croisières de rêve sur la Seine, leur permettant d’admirer les plus beaux monuments de Paris à bord de l’un de ses yachts de luxe. Depuis septembre 2020, croisière se conjugue avec le développement durable. Un nouveau modèle a fait son entrée dans la flotte de la compagnie fluviale de transport : le Black Swan, un bateau offshore 100 % électrique.

Fruit d'un partenariat entre Seine Alliance (à qui appartient Paris Yacht Marina), le Groupe Renault et Green-Vision, une jeune entreprise spécialisée dans la conception de batteries Lithium-Ion, le Black Swan est équipé de deux chaînes de propulsion 100% électriques, de 15 KW chacune, totalement autonomes et alimentées par des batteries Lithium-Ion.

Ces batteries issues des véhicules électriques de la marque au losange, détiennent encore une capacité comprise entre 70 et 80 % par rapport à leur état initial. Elles ont donc été reconditionnées afin d’entamer une seconde vie à bord des bateaux de Paris Yacht Marina.
Elles ont une autonomie de quatre heures à une vitesse de croisière moyenne de 9k m/h. Entre deux navigations, le bateau est branché sur une borne, ce qui lui permet de retrouver 80 % de son autonomie en une heure.

Une flotte 100 % électrique d'ici 2024

Conçu à partir d'une coque recyclée en provenance de la firme italienne Tullio Abbate, le Black Swan peut accueillir jusqu’à huit passagers pour des croisières d’une durée d’environ deux heures. Il préfigure une nouvelle génération de bateaux éco-conçus, dont les fabricants troquent la motorisation thermique pour des systèmes de propulsion plus respectueux de l’environnement.

De plus, en choisissant d’utiliser d’anciennes batteries, Seine Alliance apporte une voie de valorisation supplémentaire aux batteries de voitures électriques.
L’entreprise qui s'est engagée à électrifier l’ensemble de sa flotte      d'ici 2024 ne compte pas s’arrêter là. Elle a déjà débuté la construction d’un nouveau bateau électrique zéro émission (à l’usage), beaucoup plus imposant. Il s’agirait cette fois d’un yacht de 33 mètres de long pouvant accueillir jusqu’à 80 passagers.
L’énergie sera là encore fournie par des batteries Lithium Ion rechargeables (Seine Alliance ne précise pas le type de batteries) qui alimenteront les appareils de propulsion électrique, mais aussi l’usage domestique du bateau (la climatisation, par exemple).

Jusqu’à 30% de la recharge devrait s’effectuer avec des systèmes de production électrique intégrés au bateau grâce notamment au photovoltaïque et à l’éolien.