À Montréal, on se régale avec des conserves de déchets alimentaires recyclés !

Ce système devrait permettre aux commerçants de réduire d’environ un tiers le volume de leurs déchets.

Chaque année au Canada, 40 % des denrées alimentaires finissent à la poubelle… Une aberration, quand on sait qu’une grande partie des produits jetés sont encore largement propres à la consommation. Un incroyable gaspillage, auquel le chef Guillaume Cantin et son acolyte Thibault Renouf ont souhaité s’attaquer. Ils sont allés à la rencontre des commerçants de leur ville de Montréal afin de mieux comprendre leurs problématiques de gestion des déchets et de réfléchir ensemble à une solution efficace. C’est ainsi qu’est née, en 2017, La Transformerie, une ONG basée sur le principe de l’économie circulaire.

Son objectif ? Limiter au maximum le gaspillage et réduire le volume des déchets alimentaires. Pour y parvenir, La Transformerie a instauré une collecte régulière des invendus auprès des commerçants locaux et volontaires de Montréal. Une fois récupérés, les aliments sont cuisinés et recyclés en conserves de fruits et légumes prêtes à consommer. À la sortie des fourneaux, on trouve ainsi un large assortiment de tartinades salées et marmelades sucrées conçues par le chef Guillaume Cantin lui-même : chutney de courge, houmous de brocolis ou encore caramel de bananes.

Imaginer que de savoureuses recettes puissent être confectionnées à partir de denrées que l’on pense impropres à la consommation, voilà qui n’était pas évident aux yeux des commerçants… Mais il ne leur a cependant pas fallu beaucoup de temps pour réaliser que cette dynamique d’économie circulaire était en tout point vertueuse : en effet, une fois cuisinées, les conserves sont restituées gratuitement aux commerçants, qui peuvent alors proposer ces nouveaux produits à leurs clients. La Transformerie leur permet ainsi d’éviter les coûts habituels de la collecte des déchets tout en redonnant une valeur marchande à leurs invendus alimentaires.

Ils sont actuellement une dizaine de commerces participants dans le quartier de Rosemont. D’après le chef Guillaume Cantin, ce système devrait leur permettre de réduire d’environ un tiers le volume de leurs déchets. Le circuit se veut également solidaire, puisque toutes les denrées non utilisées par La Transformerie sont redistribuées à des organismes de lutte contre la pauvreté. Enfin, grâce à un système de consigne, les clients peuvent également rapporter les contenants vides après dégustation, afin que les pots puissent être réutilisés par La Transformerie. Une belle façon d’impliquer les consommateurs dans cette dynamique circulaire et collaborative !
 

EN SAVOIR PLUS

Back to top
comments powered by Disqus