Dans l’Himalaya, on échange votre plastique contre du bambou

Publié le 07 janvier 2021

Comment éviter que les touristes laissent des montagnes de bouteilles en plastique vides derrière eux lorsqu’ils visitent votre région ? Au nord de l’Inde, un village a trouvé une solution créative. Et inspire le monde entier.

Les touristes sont invités à laisser leurs bouteilles en plastique à l’extérieur de la ville ou à transférer leur eau dans ces bouteilles réutilisables en bambou, disponibles dans la plupart des magasins.

En Inde, la moitié seulement des 25 000 tonnes de plastique produites quotidiennement sont collectées. Faute d’un système de gestion des déchets efficace sur tout le territoire, le pays prévoit d’interdire progressivement les plastiques à usage unique d’ici 2022. Mais en attendant, les autorités locales doivent innover pour réduire la consommation de plastique.

L’État du Sikkim, au nord-est du pays, avait progressé sur le sujet : les bouteilles en plastique à usage unique y sont interdites à la vente depuis 1998 et les sacs en plastique jetables depuis 2011.

Dans ce territoire bordé par le Bhoutan, le Tibet et le Népal, de nombreux touristes viennent chaque jour pour profiter des paysages spectaculaires de l’Himalaya : glaciers, prairies alpines, monastères bouddhistes juchés sur les collines, sans oublier des sommets comme le Kangchenjunga qui culmine à 8 586 m.

L’accueil de ces milliers de visiteurs est aussi synonyme de gestion de grandes quantités de déchets plastiques, à commencer par les bouteilles d’eau à usage unique qu’ils apportent eux-mêmes. 

Juché à 2 750 m dans les montagnes au nord du pays, le village de Lachen – dont le nom signifie « le grand passage » – était particulièrement concerné par cette pollution. Mais suite à la forte mobilisation de ses 2 500 habitants, la municipalité a pris une nouvelle série de mesures.

Lachen est ainsi devenue la première commune du pays où les bouteilles en plastique sont totalement proscrites. Le Comité de développement du tourisme de Lachen (LTDC) réalise même des contrôles dans les véhicules pour vérifier qu’aucune bouteille en plastique n’entre dans le village – les contrevenants s’exposant à une amende.

 

Bouteilles en bambou

Mais c’est surtout grâce à une commande de 1 000 bouteilles en bambou à l’État voisin d’Assam que le dispositif permet vraiment d’améliorer la situation : les touristes sont invités à laisser leurs bouteilles en plastique à l’extérieur de la ville ou à transférer leur eau dans ces bouteilles réutilisables disponibles dans la plupart des magasins.

Lancées début mars 2020 lors du festival de Losar, la célébration annuelle la plus populaire et la plus importante du Sikkim, ces bouteilles d’eau en bambou ont séduit riverains et touristes, à tel point qu’un autre État, au sud de l’Inde, cette fois, le Kerala, a décidé de suivre l’exemple.

Et ce n’est qu’un premier pas pour le Sikkim. Ce minuscule État de l’Inde, déjà reconnu, en 2018, comme le premier « territoire biologique » du monde par les Nations unies, envisage désormais de s’attaquer, après les bouteilles d’eau, au suremballage des paquets de biscuits.