©Getty Images

GreenMinded collecte et recycle vos mégots de cigarettes

L’association GreenMinded veut démocratiser le recyclage des mégots de cigarettes en France.

Une tonne de mégots permet d’obtenir 650 kg de plastique.

Vous êtes forcément tombé dessus cet été à la plage… Jetés négligemment à côté de la serviette, ou enfouis sous le sable, les mégots de cigarettes se retrouvent ensuite dans les océans où ils représentent le troisième déchet le plus mortel, après le matériel de pêche et les sacs en plastique. Un seul petit mégot peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau ! Un fléau auquel a décidé de s’attaquer l’association GreenMinded, créée en 2016, à Lille, par Alice Comble et Solène Cormont.

Soutenue par la Fondation Veolia, GreenMinded veut développer le recyclage des mégots de cigarettes en France, plutôt que de continuer à les enfouir ou de les incinérer. GreenMinded propose pour cela divers types de cendriers aux particuliers, entreprises et collectivités, ainsi qu’un service de recyclage clé en main. Son objectif : que chaque individu, où qu’il se trouve, puisse recycler ses mégots, au même titre que le verre, le carton, le plastique, etc.


Poison

C’est peu connu, mais les mégots sont faits de plastique. Plus précisément, la partie blanche du mégot qui sert de filtre est composée d’acétate de cellulose, une matière plastique imbibée – selon GreenMinded – de quelque quatre mille substances toxiques (parmi lesquelles du goudron, de l’arsenic ou encore du plomb).

L’association travaille avec une usine de transformation française, MéGO!, située en Bretagne. Les mégots sont triés, tamisés, dépollués avec de l’eau (recyclée ensuite en circuit fermé). Après dépollution, ce sera 8 % de la biomasse du mégot qui partira en déchets dangereux. La fibre saine sera quant à elle compressée et chauffée à très haute température afin d’obtenir des plaques de plastique qui pourront être gravées, découpées et assemblées. Une tonne de mégots permet d’obtenir 650 kg de plastique, qui servira à fabriquer du mobilier de bureau ou urbain, des pots à crayons, etc. Ce plastique pourra lui-même être à nouveau broyé et recyclé.


Gamification

GreenMinded propose aux entreprises et aux villes d’installer des cendriers (bornes, contenants hermétiques, etc.). Elle assure leur maintenance, la récupération des déchets et leur envoi en usine de recyclage. En parallèle, l’association travaille sur une offre « connectée », avec le développement de bornes intelligentes, interactives et ludiques.

En haut des futures bornes connectées sera inscrite une question (du type « Êtes-vous heureux aujourd’hui ? » ou « Plutôt cinéma ou Netflix ? ») à laquelle l’utilisateur pourra répondre en jetant son mégot.

Dans l’entreprise, une application mobile permettra aux fumeurs d’obtenir un bilan sur leur consommation mensuelle de cigarettes, ainsi que des recommandations pour lutter contre le tabagisme. Dans la ville, plus les fumeurs permettront de recycler les mégots, plus ils cumuleront de points sur une cagnotte virtuelle. Ces points, convertis en argent, pourront être redistribués à des associations de protection de l’environnement ou de lutte contre le tabagisme.

 

Recycler les mégots, un processus coûteux

GreenMinded est un des (trop peu) nombreux acteurs qui souhaitent créer une véritable filière de recyclage des mégots de cigarettes. Il faut savoir que recycler 1 kg de mégots coûte 10 €. C’est donc un processus coûteux. Le gouvernement français envisage néanmoins d’imposer aux industriels du tabac de contribuer à la collecte et à l’élimination des déchets de cigarettes, ce qui permettrait de réduire les coûts associés à leur recyclage.

 

Image principale ©Getty Images

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus