Des logements précaires rénovés grâce au réemploi des matières

Rénover les logements précaires et insalubres grâce aux matériaux inutilisés des chantiers, voici l’objectif de trois architectes à la tête de l’association FAIRE AVEC. Quand circulaire rime avec solidaire.

Des câbles électriques au carrelage, en passant par les fenêtres et les isolants : tout ce qui peut être réemployé est récupéré.

En France, la chasse au gaspillage est devenue une priorité. Les déchets alimentaires, les vêtements et même les jouets usés s’offrent désormais une seconde vie. Des progrès restent à faire notamment au sein d’un secteur qui produit quelque 50 millions de tonnes de déchets chaque année : le bâtiment.
Parmi ces déchets, on trouve des matériaux neufs, jetés à la poubelle sans même avoir été utilisés.
Donner une utilité à ces matériaux de construction inexploités, c’est le projet de trois architectes françaises qui ont monté leur association en 2017 : FAIRE AVEC. Leur objectif : collecter les surplus de matériaux neufs sur les chantiers afin de rénover des logements précaires. Quand circulaire rime avec solidaire.
Clothilde Buisson, Gwenaëlle Rivière et Clara Piolatto sont les fondatrices de FAIRE AVEC. Leur association s’adresse aux propriétaires qui ont des difficultés à rénover leur logement, aux copropriétés dégradées et aux centres d’hébergement.
Première étape : diagnostiquer l’état des logements à rénover. Les trois architectes observent les dégradations, les dysfonctionnements et priorisent les travaux.
Après cet état des lieux, elles effectuent un travail de recherche auprès des entreprises et fournisseurs locaux, afin d’identifier les matériaux inexploités de fin de chantier ou de déstockage qui peuvent être collectés. Tout ce qui peut être réemployé est récupéré : des câbles électriques au carrelage, en passant par des fenêtres ou des isolants. L’association invite même les particuliers qui possèdent des matériaux de construction non utilisés à en faire don.
Les travaux de rénovation sont ensuite menés, dans le souci de répondre aux besoins et aux attentes des habitants.

 

Des réalisations et une récompense

De premiers projets ont été menés grâce aux matériaux collectés. À Paris, les trois fondatrices de FAIRE AVEC travaillent notamment à la rénovation des chambres du centre d’hébergement et de réinsertion sociale Georges Dunand géré par Emmaüs, mais aussi des locaux du Comité Actions Logement dans le 18e arrondissement. Et après quelques mois d’existence, FAIRE AVEC a reçu sa première récompense : le Prix Fondation Cognacq-Jay 2018, qui met à l’honneur les actions de solidarité sociale.
 


 

Image principale : Getty Images/EyeEm

Back to top
comments powered by Disqus