De l’économie circulaire pour notre hygiène dentaire !

En Slovaquie, le géant des brosses à dents Curaprox fait rimer hygiène dentaire avec économie circulaire. Depuis 2017, la marque encourage la collecte et le recyclage de ses produits arrivés en fin de vie.

Un an après le lancement de l'opération, 35 000 brosses à dents usagées ont été collectées. Deux ans après le début du projet, plus de 100 000 brosses à dents ont été collectées.

Pailles, couverts, Cotons-Tiges et touillettes à café… la lutte contre la pollution plastique s’intensifie. En témoigne la directive adoptée par les États membres de l’Union européenne le 19 décembre 2018, qui vise à interdire huit produits plastiques à usage unique d’ici 2021. Parmi les autres objets du quotidien qui polluent nos écosystèmes : les brosses à dents. Rien qu’en France, elles représentent 1 200 tonnes de déchets cumulés chaque année, selon le site Planetoscope. Imaginez ce chiffre à l’échelle mondiale…
Une poignée de start-up, mais aussi de grandes marques ont décidé de s’attaquer à cette problématique. Objectif : mettre au point des brosses à dents aussi bénéfiques pour notre hygiène dentaire que pour notre planète. C’est notamment le cas de Curaprox, une entreprise suisse qui fabrique des brosses à dents. À Bratislava en Slovaquie, la marque — très implantée localement — a décidé, en janvier 2017, de s’inspirer de l’économie circulaire pour mettre en place un système de collecte et de recyclage des brosses à dents usagées.
 

Des brosses à dents recyclées en bacs à déchets

Le premier défi de Curaprox : sensibiliser le grand public au volume de déchets généré par les brosses à dents usagées et à l’importance de leur recyclage. Dans des écoles, des entreprises et des commerces de Bratislava, des points de collecte ont été installés afin que chacun puisse y déposer sa vieille brosse à dents. Pour récompenser ce geste écologique, les participants bénéficient d’une réduction de 5 centimes d’euros sur l’achat de leur nouvelle brosse à dents.
Curaprox se charge ensuite de récupérer tous les produits collectés et de les trier : les têtes des brosses à dents sont détachées. Ne restent ainsi que les manches en plastique qui sont recyclés en petits bacs à déchets colorés. Ceux-ci sont ensuite redistribués aux participants du projet, notamment dans les écoles primaires, afin d’encourager le tri sélectif à l’échelle de la ville. Premier bilan de cette opération : un an après le lancement, 35 000 brosses à dents usagées ont été collectées.  5 200 unités de poubelles ont été envoyées dans 195 écoles au cours de l’année pilote - deux poubelles par classe: une pour le plastique et l’autre pour le papier.

Et ce n’est pas tout. Les experts de la marque suisse mènent actuellement des recherches afin de développer, dans les prochaines années, des brosses à dents en bioplastique presque entièrement biodégradables et produites grâce aux énergies renouvelables. Comme quoi, l’économie circulaire a de l’avenir jusque dans notre salle de bain !
 

Image principale© Veolia © Noémie Rosset

Back to top
comments powered by Disqus