Veolia utilise « l’eau des vaches » pour lutter contre le stress hydrique

Pour faire fonctionner son usine de lait infantile à Qingdao, en Chine, Nestlé récupère l’eau contenue en grande quantité dans le lait qu’elle déshydrate. Le but : préserver les ressources dans cette région du pays en stress hydrique chronique.

Grâce à ce système, l’usine de Qingdao recycle 16 500 tonnes d’eau par mois, soit l’équivalent de six piscines olympiques.

Alors que 20 % de la population mondiale habite en Chine, le pays ne totalise que 7 % des réserves en eau de la planète. Année après année, le pays se confronte à un stress hydrique chronique. Selon l’OMS, la situation est particulièrement grave dans le nord-est du pays, où se trouve notamment la ville de Qingdao, située dans la province du Shandong. C’est là-bas que Nestlé a installé l’une de ses usines de fabrication de lait en poudre.
Avec ses 5 millions d’habitants, la ville a connu ces dernières années une expansion rapide. Résultat : l’écart entre l’offre et la demande en eau s’est considérablement creusé, au point de limiter le développement économique, social et environnemental de la ville. L’industrie, par exemple, a besoin d’énormes quantités d’eau pour fonctionner. « Après l’agriculture, elle est le principal consommateur d’eau, avec près de 22 %, contre 8 % pour les ménages », rappelle Nestlé. Consciente de la nécessité de préserver les ressources en eau dans le pays, l’entreprise agroalimentaire suisse a déployé son programme international de recyclage de l’eau dans son usine de Qingdao. Baptisé « Zéro consommation d’eau », le programme est réalisé grâce à une solution de Veolia. 
 

Réinjecter « l’eau des vaches » dans le circuit de production de l’usine

Veolia a d’abord optimisé le traitement des eaux usées. Au lieu de les rejeter dans les égouts, les eaux ont été réinjectées – après traitement – dans les infrastructures de l’usine. Après quoi, Veolia a développé une technologie permettant de récupérer et de traiter le large volume d’eau contenu dans le lait de vache. En effet, « ce dernier est composé à 87 % d’eau. Quand on le déshydrate pour fabriquer du lait en poudre, d’énormes volumes d’eau sont produits », souligne Peter Stokes, directeur Grands Comptes chez Veolia Water Technologies. 
Pour être utilisée, cette « eau des vaches » doit toutefois être débarrassée de ses sels minéraux ainsi que des composants organiques et des bactéries qu’elle contient et qui contribuent d’ailleurs à donner sa forte odeur au lait. L’eau purifiée est ensuite réinjectée dans les infrastructures de l’usine : circuits de refroidissement, nettoyage, alimentation du process industriel. De quoi assurer son bon fonctionnement même en situation de stress hydrique !
Après ceux de Lagos de Moreno au Mexique et de Mossel Bay en Afrique du Sud, il s’agit du troisième site Nestlé de production de lait en poudre et de produits laitiers qui a choisi la solution de Veolia pour déployer le programme « Zéro consommation d’eau ». 
 

16 500 tonnes d’eau récupérées par mois 

À présent, l’usine de Qingdao récupère 16 500 tonnes d’eau par mois, l’équivalent de six piscines olympiques, ce qui évite de prélever 500 000 litres d’eau par jour en moyenne. Cerise sur le gâteau, cela permet aussi de limiter les rejets d’eaux usées dans l’environnement. 
« Dans certaines circonstances de production et de conditions météorologiques, nos usines peuvent même produire plus d’eau qu’elles n’en consomment !, précise Peter Stokes. Cela a par exemple été le cas de l’usine Nestlé au Mexique, qui a pu revendre en 2018 son surplus d’eau recyclée à une usine voisine. »
À l’avenir, Nestlé souhaite étendre son programme « Zéro consommation d’eau » à toutes ses usines à travers le monde, et plus particulièrement en Chine.
 

 

Image principale : © Veolia Water Technologies

Back to top
comments powered by Disqus