UPM recycle les déchets d’étiquettes de ses usines

Publié le 02 février 2021

Au lieu de jeter à la poubelle les déchets d’étiquettes autoadhésives de ses usines, le groupe finlandais UPM a cherché des solutions pour les recycler. Chutes de production et invendus sont désormais transformés en lames de terrasse durables.

Fondé en 1996, le groupe finlandais UPM est devenu l’un des plus importants fabricants de papier du monde, avec de nombreuses usines réparties sur tous les continents. En 2018, la vente d’étiquettes autoadhésives, utilisées dans de nombreux secteurs comme l’alimentaire ou la logistique, représentait 13 % de son chiffre d’affaires. Une activité rentable, donc, mais qui génère logiquement des déchets. Les étiquettes autoadhésives sont des produits complexes, composés de plusieurs éléments : un frontal, en papier ou film plastique, destiné à être imprimé ; une couche d’adhésif ; une couche antiadhérente en silicone ; et un dorsal, lui aussi en papier ou plastique, qui est le support protecteur. Ces éléments peuvent être valorisés à l’étape de la fabrication ou post-consommation en récupérant les déchets des dorsaux pour les recycler et en produire de nouveaux.

 

Durable, dans tous les sens du terme

Ainsi, au lieu de jeter à la poubelle ses chutes de production et invendus, UPM a cherché des solutions pour recycler les déchets de papier, de plastique, de silicone, de colle et d’encre générés par la fabrication de ses étiquettes autoadhésives. En 2007, le groupe créait une unité dédiée, dont les chercheurs avaient pour mission de trouver une formule pour intégrer ces déchets au processus de fabrication de lames de terrasse en composite et de développer un procédé permettant d’obtenir un produit autant voire plus performant que les lames en composite bois et plastique traditionnelles. Et ils y sont parvenus ! Les lames de terrasse en matériaux recyclés, produites et commercialisées par la filiale UPM Biocomposites du groupe, seraient particulièrement résistantes aux rayures et aux taches, avec une amélioration de la durabilité des couleurs grâce à l’utilisation de fibres sans lignine.

 

35 m² de terrasse = 500 kg de déchets

Selon le site environnement-magazine.fr, ces lames contiennent entre 45 % et 90 % de matériaux recyclés. Sur ce pourcentage, environ 50 % sont composés de chutes de production de papier-étiquettes, 25 % de plastiques post-consommation et 15 % de lames de terrasse déclassées (c’est-à-dire celles qui n’ont pas passé le contrôle qualité).

Sur le site de l’entreprise, on peut lire que 35 m² de terrasse UPM ProFi permettent de réutiliser jusqu’à 500 kg de déchets de plastique et de papier, et emmagasinent 800 kg de CO2. D’une durée de vie pouvant atteindre 25 ans, les lames de terrasse sont elles-mêmes réutilisables et recyclables. Depuis 2007, UPM affirme avoir recyclé plus de 40 000 tonnes de déchets d’étiquettes.