© Veolia

Une solution innovante pour transformer les boues d’épuration en gaz

À Avignon, Veolia a expérimenté une nouvelle technologie de gazéification étagée pour transformer les boues d’épuration en gaz. Après trois ans de recherche, les résultats du projet « AdWastetoGas » sont prometteurs.

Chaque année, environ 15 mégatonnes de boues liquides sont produites par les stations d’épuration françaises. Des déchets que Veolia contribue à réduire en les valorisant sous forme de chaleur ou d’électricité.

Si le processus de méthanisation est déjà éprouvé, les équipes de Recherche & Innovation du Groupe ont expérimenté, depuis 2015, une nouvelle solution de valorisation des boues d’épuration. Un projet pilote nommé « AdWastetoGas » a été mis en place dans la station d’épuration de Courtine, à Avignon, pour tester la « gazéification » étagée. Objectif : évaluer le potentiel de transformation des boues d’épuration en gaz de synthèse de qualité à haut potentiel énergétique.

Comment ce procédé innovant fonctionne-t-il ? La gazéification consiste à transformer une matière solide en gaz, en la soumettant à une très haute température. Première étape : mélanger les boues d’épuration à de la matière sèche, notamment des déchets de bois venant d’exploitations agricoles.

La mixture est ensuite fluidisée à l’aide d’un mélange de vapeur d’eau et d’oxygène, puis chauffée entre 700 et 1 000 °C. Par l’effet de cette chaleur, la masse des boues se réduit considérablement et génère naturellement du « syngas », un gaz de synthèse, riche énergétiquement.

Point important du processus : le mélange n’est pas brûlé mais oxydé, c’est-à-dire qu’il se dégrade simplement en présence d’oxygène. Cela permet ainsi d’éviter un dégagement de CO2 et garantit une expérience à faible impact environnemental.

Pour mener à bien ce projet, un réacteur de gazéification a donc été installé dans la station d’épuration des eaux usées de Courtine, à Avignon, avec une équipe de chercheurs spécialement affectée sur place.

Pendant un peu plus d’un an, les experts ont évalué la qualité du gaz produit en fonction de la nature des déchets et des conditions du procédé. Achevés fin 2016, les essais ont démontré la faisabilité technique du procédé pour produire un gaz de qualité à haut potentiel énergétique, riche en combustibles (hydrogène, méthane).

En utilisant cette énergie générée à partir de leurs propres déchets, les stations d’épuration pourraient, à l’avenir, réduire leur impact environnemental tout comme leur facture énergétique. À terme, les experts estiment même que certaines stations pourraient être autosuffisantes en énergie grâce à la valorisation de leurs boues d’épuration.

Cette démarche de recherche et d’innovation répond à la volonté de Veolia de mettre progressivement en place l’autonomie énergétique de ses différents sites de traitement des eaux usées.

 

Crédits: Photothèque VEOLIA - Salah Benacer

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus