À Tourcoing, l’industrie textile file un bon coton

Posted on 27 janvier 2020.

Nos vieux vêtements représentent un formidable gisement pour l’industrie textile. Le démonstrateur de recyclage mécanique de fibres de coton inventé par le CETI, à Tourcoing, montre qu’il est possible d’en faire du fil pour tisser de nouveaux vêtements.

Il aura fallu plus de deux ans et 2 millions d’euros d’investissement au Centre européen des textiles innovants (CETI) pour mettre au point son démonstrateur de recyclage mécanique de fibres de coton usagées. Inaugurée le 19 septembre 2019 à Tourcoing, cette innovation made in France permet d’intégrer jusqu’à 70 % de fibres de coton recyclé dans de nouveaux vêtements. Une performance !
Le procédé se décline en plusieurs étapes. Les vêtements collectés sont d’abord triés par composition et par couleur, puis coupés en morceaux. Les accessoires en métal, comme les boutons ou les fermetures Éclair, sont éliminés automatiquement. Arrive ensuite l’effilochage. Le tissu passe par plusieurs cylindres garnis de pointes qui viennent défibrer la matière, permettant la transformation des étoffes en fibres. On obtient alors une bourre de coton fine.
À ce stade, les fibres sont trop courtes pour être converties en fils ; elles doivent être mélangées avec des fibres de coton vierge (au minimum 30 %), plus longues. Le mélange est homogénéisé pour produire une matière uniforme. Enfin, le cardage permet d’obtenir un ruban de coton qui sera par la suite filé.

 

Double enjeu environnemental et économique

Quelque 600 000 tonnes de vêtements, linge de maison et chaussures sont mises sur le marché chaque année en France, soit près de 10 kg par an et par habitant. Un tiers des textiles collectés est recyclé, et pas seulement pour produire des chiffons d’essuyage !
Grâce au recyclage mécanique, nos vieux vêtements peuvent retourner à la fibre et être utilisés dans la filière textile dans une logique d’économie circulaire. La marque française Hopaal, par exemple, confectionne des t-shirts et des chemises à partir de coton recyclé.


L’enjeu n’est pas uniquement environnemental. Les textiles usagés représentent un gisement de matière dans lequel les fabricants pourraient puiser. La démocratisation de procédés industriels de recyclage textile, comme le démonstrateur du Centre européen des textiles innovants, permettrait non seulement de valoriser des déchets de production et vêtements en fin de vie, mais aussi d’alimenter l’industrie textile – qui repose sur l’importation dans de nombreux pays – avec une matière première secondaire disponible localement. La France bientôt productrice de coton ?