Quand le papier toilette ouvre la route

La première piste cyclable construite avec du papier toilette recyclé a vu le jour aux Pays-Bas. D’une longueur de 9 km, elle relie Leeuwarden à Stiens, dans le nord du pays.

À l’origine de la réalisation de cette piste cyclable étonnante, un projet pilote de deux ans, lancé en juin 2017 par les entreprises CirTec et KNN Cellulose.

Qui aurait pu penser que le papier toilette usagé pourrait se voir offrir une seconde vie ?
C’est pourtant ce qui est arrivé aux Pays-Bas avec la première piste cyclable construite avec du papier toilette recyclé. À l’origine de la réalisation de cette route étonnante, un projet pilote de deux ans, lancé en juin 2017 par les entreprises CirTec et KNN Cellulose dans l’usine de traitement des eaux usées de Geestmerambacht, près d’Alkmaar. Nom de code : Cellvation.

Ce projet vise à extraire les fibres de cellulose, polymère naturel utilisé dans la fabrication du papier toilette, des eaux usées afin qu’elles soient réutilisées dans de nouveaux produits.
La cellulose est habituellement incinérée à la fin du processus de traitement des eaux usées. Ce qui est dommage, étant donné le goût des Néerlandais pour le papier toilette « premium », et donc la présence de fibres de cellulose de haute qualité dans les eaux usées, a expliqué Carlijn Lahaye, directeur général de CirTec, au Guardian.

La cellulose est récupérée à l’aide d’un système de filtre de séparation solide-liquide. Elle est ensuite nettoyée, stérilisée à très haute température et séchée, puis transformée en une matière cotonneuse grise ou en pellets.
Ce matériau brut peut dès lors être vendu comme matière première secondaire, et entrer dans la composition de nombreux produits tels que l’asphalte, mais aussi d’autres matériaux de construction comme des isolants. Une partie de la quantité de cellulose produite à Geestmerambacht (400 kg par jour) est également exportée au Royaume-Uni, où l’université Brunel travaille à la transformer en biocomposites.

 

Gestion circulaire des eaux usées urbaines

Le projet Cellvation s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus large, nommée SMART-Plant, menée à l’échelle européenne. Son but ? Favoriser une gestion circulaire des eaux usées urbaines.
La valorisation de la cellulose contenue dans le papier toilette usagé, en matière première secondaire, permettrait notamment de réduire la quantité de boues d’épuration et d’optimiser la consommation énergétique et les coûts.

 

Image principale ©Getty Image

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus