Un pas de plus vers une économie circulaire des plastiques en Europe

Le 6 mars 2020, plusieurs pays membres de l’UE ainsi qu’une quarantaine d’entreprises, se réunissaient pour lancer le Pacte plastiques européen pour une meilleure gestion des emballages et produits en plastique. Veolia fait partie des signataires.

« Pour régler à la source le problème des déchets et de la pollution dus au plastique, nous devons fondamentalement reconsidérer la façon dont nous produisons, utilisons et recyclons le plastique », peut-on lire dans le texte du Pacte plastiques européen, lancé le 6 mars 2020 à Bruxelles et signé par quatorze pays membres de l’Union européenne et une quarantaine d’entreprises dont Veolia. « Il faut une transition systémique impliquant l’action collective des entreprises impliquées dans la chaîne de valeur du plastique, des gouvernements et de la société civile. »

Accélérer la transition systémique

S’appuyant sur plusieurs initiatives prises au niveau national, européen et mondial, le Pacte européen rassemble gouvernements, organisations de la société civile et grandes entreprises (de production de plastique, utilisant du plastique, ou impliquées dans la collecte, le tri et le recyclage) autour d’une vision commune et de quatre objectifs à atteindre d’ici 2025 :

  • rendre tous les emballages et produits en plastique à usage unique réutilisables ou recyclables ;
  • réduire les produits et emballages plastiques vierges d’au moins 20 % par rapport à 2017 ;
  • augmenter la capacité de collecte, de tri et de recyclage des plastiques d’au moins 25 % ;
  • incorporer au moins 30 % de plastiques recyclés dans les produits neufs et les emballages.

Pour ce faire, les signataires s’engagent à agir sur plusieurs fronts : 

  • mettre en place des coopérations avec leurs partenaires à l’échelle européenne afin de stimuler le développement de techniques innovantes – des programmes pilotes, par exemple ;
  • contribuer à l’harmonisation de lignes directrices, de normes, de cadres de soutien nationaux, etc. ;
  • se connecter, lors d’événements comme la réunion annuelle du Pacte ou des groupes de travail, pour partager leurs meilleures pratiques et expériences.

Toutes ces actions doivent permettre de faire émerger de nouveaux modèles et « d’accélérer la transition systémique vers une économie circulaire des plastiques en Europe ».

Veolia participe au Pacte plastiques européen

Veolia, qui a annoncé cette année son nouveau programme stratégique pour 2023 dont l’un des axes prioritaires est le recyclage du plastique, fait partie de la quarantaine d’entreprises ayant rejoint l’initiative.

Comme l’explique le texte du Pacte, les entreprises impliquées dans la collecte, le tri et le recyclage des plastiques jouent un rôle important dans la réalisation de ces objectifs. Elles peuvent investir dans des filières de valorisation, et collaborer avec les autres parties prenantes pour garantir des systèmes de collecte suffisants, des capacités de tri efficaces et un flux continu de matériaux recyclés de haute qualité. Elles peuvent aider les entreprises qui utilisent du plastique à élaborer des produits et des emballages réutilisables et recyclables et prendre part à des projets pilotes ambitieux.

C’est ce à quoi s’emploie déjà Veolia, qui a noué de nombreux partenariats avec des entreprises, notamment d’emballages (Tetra Pak, LC Packaging), développe des solutions innovantes pour améliorer le recyclage des plastiques et collabore à plusieurs initiatives contre les déchets plastiques :

  • Veolia était membre fondateur de l’Alliance to End Plastic Waste. La création de l’Alliance a été annoncée à Londres le 16 janvier 2019. Elle réunit une cinquantaine d’entreprises mondiales, issues de la chaîne de valeur des plastiques et des biens de consommation. L’Alliance a pour vocation d’aider à éliminer les déchets plastiques dans l’environnement, et en particulier dans les océans.
  • En octobre 2018, Veolia, qui est déjà membre de l’initiative New Plastics Economy, a signé « l’Engagement mondial » lancé par la Fondation Ellen MacArthur en collaboration avec l’ONU Environnement, pour éradiquer les déchets plastiques et la pollution générés à la source.
  • Projet STOP (Stop Ocean Plastics) qui vise à faire émerger une véritable économie circulaire du plastique en Asie du Sud-Est.