McDonald’s et Ford transforment votre café en pièces de voiture

Posted on 11 juin 2020.

Quand le géant de l’automobile rencontre le leader de la restauration rapide, cela peut donner des idées originales. Et si une partie des déchets issus du café des restaurants pouvait servir à la fabrication de phares de voiture ?

En optant pour les déchets de café recyclés, Ford allège ses boîtiers de phares de 20 % et réduit de 25 % la consommation d’énergie du processus de fabrication de ces pièces.

Un café pour la route ? Ford et McDonald’s, eux, n’ont pas hésité. Les deux géants américains se sont lancés dans un partenariat ambitieux afin d’exploiter les déchets issus des cafés de la chaîne de restaurants.

C’est que la manne est immense. McDonald’s produit chaque année plus de 28 000 tonnes de déchets de café en Amérique du Nord. Ces déchets sont constitués par la fine pellicule enveloppant les grains de café et qui tombe naturellement lors de la torréfaction. Autant de résidus qui finissent directement dans les décharges ou dans des incinérateurs.

D’où l’idée du constructeur Ford : pourquoi ne pas exploiter cette matière pour la transformer en pièces de voiture ? C’est ainsi que les deux entreprises ont travaillé de concert à un procédé capable de réutiliser les déchets de café. Les pellicules des grains sont chauffées à très haute température puis mélangées avec des plastiques. La matière obtenue est extrêmement modulable et peut être utilisée dans certaines pièces de voiture. Ford les exploite notamment pour les boîtiers de phares de ses véhicules. Auparavant, ces équipements étaient conçus à partir d’une ressource fossile : le talc.

En optant pour les déchets de café recyclés, Ford allège ses boîtiers de phares de 20 % et réduit de 25 % la consommation d’énergie du processus de fabrication de ces pièces.

 

Un partenariat exemplaire

En collaborant ainsi autour d’un modèle circulaire, les deux entreprises soulignent la nécessité de concevoir de nouvelles façons d’envisager l’économie. « Il est temps de se tourner vers une économie faite de petits modèles circulaires dans lesquels les industries travaillent main dans la main. Chacun échange et recycle les déchets des autres », commente ainsi Debbie Mielewski, membre des équipes de recherche de Ford, au magazine GreenBiz.

L’initiative des deux géants n’est d’ailleurs pas isolée. Chacun d’eux mène plusieurs chantiers afin de se tourner vers un business plus vertueux. Quand Ford fabrique déjà plus de 300 pièces de voiture à partir de matériaux réutilisables (soja, riz, tomate, résine d’arbre, etc.), McDonald’s travaille au lancement des gobelets écoresponsables. Les deux groupes imaginent déjà d’autres partenariats pour réutiliser les écorces d’oranges ou les peaux de pommes de terre.