De la maroquinerie durable en cuir… de liège

Publié le 12 janvier 2021

Pour lutter contre la pollution de l’industrie du cuir, la marque allemande UlStO produit des sacs durables et vegan depuis 2016. Son secret ? Utiliser du cuir végétal et du feutre recyclé.

L’écorce du chêne-liège est « une solution de remplacement durable au cuir animal ». 

Chaque année, plus d’un milliard de peaux de vaches, de moutons ou encore de chèvres sont transformées en cuir, selon l’association de protection animale PETA. Or, de la déforestation due à l’élevage intensif au tannage chimique des peaux, les nombreuses étapes de production du cuir impactent l’environnement. Les tanneries de Dacca, la capitale du Bangladesh, par exemple, rejettent chaque jour dans la rivière Buriganga qui traverse la ville. En contaminant les sols et l’eau de consommation, ces produits chimiques accroissent le risque de maladies et le taux de morbidité dans la population.

Face aux problèmes environnementaux liés à la transformation des peaux, l’entrepreneuse allemande Ulrike Stolze a créé le label de design durable UlStO, en 2016. Installée dans la ville de Dresde, la marque produit de la maroquinerie respectueuse de l’environnement. Sa réalisation phare : le sac à dos Luco au design minimaliste et à la composition remarquable.

Il est en effet fabriqué à partir de feutre en plastique issu de bouteilles recyclées, et de sangles en nylon Econyl, produit notamment à partir de filets de pêche usagés ou abandonnés. Ces derniers représentent , selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.
En leur donnant une seconde vie, l’entreprise Aquafil, partenaire de UlStO, participe à la réduction des déchets plastiques dans les océans, et à la préservation de la faune.

Du cuir végétal résistant à l’eau

Quant au cuir du sac à dos, il est végétal puisqu’il s’agit tout simplement de l’écorce du chêne-liège ! Cette ressource naturelle est « une solution de remplacement durable au cuir animal », précise le label UlStO. En plus d’être biodégradable, il est beaucoup plus léger, anti-humidité et antisalissure, puisqu’il peut être essuyé avec un chiffon humide.

La matière première utilisée par UlStO est récoltée selon des techniques traditionnelles et durables dans les forêts de chênes-lièges du sud du Portugal. Après pelage, l’écorce est découpée en fines lamelles, pressées sur une trame textile. Ces dernières s’agglomèrent grâce à un adhésif naturel présent dans le liège : la subérine. 

Des effets positifs sur la fixation du carbone

L’exploitation des forêts de chênes-lièges présente la particularité d’être bénéfique pour l’environnement, puisque celles-ci sont d’excellents puits à carbone.
En renouvelant son écorce après la récolte, le chêne-liège exploité absorbe  plus de CO2 qu’un arbre non exploité. Chaque année, les forêts méditerranéennes de liège filtrent ainsi près.

Pour aller plus loin, UlStO a développé une multitude d’accessoires à partir de ce matériau. Du nœud papillon au porte-monnaie, en passant par la trousse de maquillage… il y a de quoi s’équiper, tout en préservant la planète !