À Lyon, les camions de McDo carburent aux hamburgers recyclés !

McDonald’s teste dans la capitale des Gaules des camions qui collectent les restes alimentaires de ses restaurants pour les recycler en biocarburant. Une solution qui s’inscrit dans une politique de gestion des déchets plus circulaire.

Le procédé permettrait de récupérer 9 tonnes de déchets par fast-food chaque année. De quoi produire 2 tonnes de biogaz.


Depuis plusieurs années, McDonald’s France et son logisticien Martin Brower explorent toutes les pistes pour faire rouler la flotte de camions de l’enseigne avec des carburants plus propres. Ainsi, depuis 2004, les huiles de friture usagées des restaurants McDo sont collectées pour être valorisées en biocarburant par Veolia dans la seule usine de transformation existant à l’heure actuelle en France, basée à Limay (Yvelines). Ce sont plus de 7 000 tonnes d’huiles qui sont ainsi valorisées chaque année et mélangées à du carburant traditionnel pour faire rouler les véhicules.

En 2017, l’association de protection de l’environnement Zero Waste interpellait McDonald’s France sur sa politique de gestion des déchets. Moins d’un an plus tard, la chaîne de fast-foods va plus loin dans l’économie circulaire avec une autre solution innovante.

Martin Brower et Sabine Devienne – directrice qualité de McDonald’s France – ont imaginé des camions aspirateurs de déchets alimentaires. Une solution de collecte originale qui permet par la suite de recycler les déchets en biogaz. Les véhicules sont en test à Lyon durant toute l’année 2018.
En janvier 2018, trois nouveaux camions ont été mis sur les routes avec une double mission. Ils livrent le stock alimentaire des vingt-quatre restaurants de l’agglomération lyonnaise et en profitent, par la même occasion, pour récupérer leurs biodéchets.

Comment ça marche ? Les véhicules sont équipés d’un réservoir et d’un aspirateur situés sous leur caisse de transport. Avant d’être aspirés, les déchets sont broyés et liquéfiés dans de gros cylindres, installés à l’arrière des fast-foods. Les camions acheminent ensuite la mixture jusqu’à un centre logistique dans lequel elle est stockée. Lorsque leur volume est suffisant, les biodéchets sont transportés dans une unité de méthanisation, où leur dégradation accélérée permet de produire du méthane. Un biogaz 80 % plus propre que le diesel.
 

Un kilo de déchets chaque seconde

Martin Brower estime que le procédé pourrait permettre de récupérer, en année pleine, 9 tonnes de déchets dans chacun des trois fast-foods lyonnais. De quoi produire 2 tonnes de biogaz, soit assez de biocarburant pour parcourir 7 500 km. Les trois camions tests ne circulent toutefois pas encore au biogaz, les responsables du projet souhaitant d’abord s’assurer du bon fonctionnement de la machine et de la pertinence du processus.

Si les résultats du test sont concluants à la fin de l’année 2018, la solution pourra être déployée à grande échelle. Ainsi, 1 400 restaurants de la chaîne – ceux qui sont suffisamment spacieux pour accueillir les cylindres broyeurs d’ordures – pourraient rejoindre la collecte.

À terme, l’objectif serait de faire rouler l’ensemble des camions de McDonald’s France avec du biogaz produit grâce à leurs propres déchets. Quand on sait que l’enseigne génère environ 1 kg de déchets par seconde, cela donne la mesure de l’immense potentiel de cette boucle vertueuse d’économie circulaire...

 



 

CRÉDITS PHOTO : ©Getty Images

Back to top
comments powered by Disqus