L’innovation au service du tri et du recyclage des plastiques

À Mantes-la-Ville, en région parisienne, Veolia développe des solutions de tri intelligentes et robotisées. Et imagine le futur du plastique recyclé.

Le tri est une étape cruciale du recyclage des déchets. C’est d’autant plus vrai pour le plastique, dont la grande diversité des résines rend l’opération particulièrement complexe. Il existe en effet plusieurs familles de plastique recyclable, dont le PET (polytéréphtalate d’éthylène) et le PEHD (polyéthylène haute densité). Après la collecte, il faut donc séparer ces plastiques en fonction de leur nature avant de les préparer en vue de leur valorisation.
À Mantes-la-Ville, à l’ouest de Paris, le département Recherche & Innovation de Veolia développe des solutions intelligentes et robotisées permettant d’optimiser ce processus. C’est dans cet espace de recherche, modulable et évolutif, baptisé la Halle, qu’a par exemple été mis au point le dispositif de tri télé-opéré, ou TTO, utilisé au centre d’Amiens et déployé sur plusieurs autres sites. Ce dispositif permet aux opérateurs de trier les déchets d’emballages plastiques sans les toucher, via un écran tactile.
En intégrant la robotique, la digitalisation, l’intelligence artificielle et la fusion de capteurs (qui permet de combiner les données issues de différents capteurs sur le même objet), Veolia cherche encore à améliorer la qualité et l’automatisation du tri grâce à des outils innovants, capables de reconnaître, séparer et préparer les différents types de plastiques.
Comme l’explique son directeur Patrick Legeas, l’objectif de la Halle est de concevoir un enchaînement logique d’actions, de l’arrivée d’un gisement de déchets sur le site jusqu’à sa transformation en matières premières de recyclage. Le but, in fine, est d’accroître le taux de recyclage des plastiques.
 

Dans la peau d’un industriel du plastique

Ces matières premières de recyclage doivent également répondre aux besoins et aux exigences de ceux à qui elles sont destinées : les industriels de la plasturgie. La Halle de Mantes-la-Ville se veut donc un laboratoire et un atelier – disposant d’un broyeur, d’une extrudeuse et d’une presse à injecter – où l’on imagine et expérimente les futures utilisations du plastique recyclé à l’échelle industrielle.

« Nous nous plongeons au cœur du métier du plasturgiste afin de comprendre son besoin et lui fournir un matériau qui répond aux fonctionnalités requises », souligne Patrick Legeas.

 

Image principale : ©Photothèque Veolia-Jean-Marie Ramès

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus