lefrigojaune, une solution anti-gaspi qui a du coffre

Cette start-up collecte les repas non servis dans les cantines et les met à disposition gratuitement. Une solution astucieuse pour lutter contre le gaspillage alimentaire en entreprise.

À la cantine, nous gaspillons beaucoup de nourriture. Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) la restauration collective est à l’origine du rejet de 540 000 tonnes d’aliments chaque année en France, soit plus de 1 million de repas perdus.
 

Valoriser les déchets alimentaires

Pour lutter contre ce gâchis alimentaire, la start-up lefrigojaune, fondée en 2016 par Laurence Kerjean, a trouvé une solution très astucieuse. Un frigo jaune dans lequel on dépose les restes de repas qui n’ont pas été consommés lors du déjeuner, pour ensuite les mettre à la disposition des salariés.
De quels restes parle-t-on ? Comme l’explique la start-up sur son site Internet, le gaspillage alimentaire dans le cadre de la restauration collective recouvre trois dimensions : les déchets générés en amont, comme les épluchures ; les retours d’assiette ; les invendus comme les restes de buffets ou les assiettes de crudités non choisies. Ce sont ces derniers qui sont concernés par lefrigojaune.
 
À la fin du service, le prestataire de restauration emballe les invendus dans des doggy bags – les boîtes jaunes – qu’il place dans le frigo. Le soir, tous les collaborateurs de l’entreprise peuvent se servir gratuitement – pour les emporter chez eux ou les donner à une personne dans le besoin – sur la base du « premier arrivé - premier servi ». lefrigojaune ne permet ni de réserver ni de choisir le contenu du doggy bag où seules les mentions entrée/plat/dessert sont inscrites. Petit plus : les boîtes jaunes sont fabriquées en France et sont entièrement recyclables.
 

Un service clé en main

lefrigojaune se présente sous la forme d’un abonnement proposé aux entreprises, qui donne accès à un service clé en main (« fridge as a service »). Ainsi, contre une cotisation mensuelle, l’équipe de lefrigojaune s’occupe de la livraison, de l’installation et du nettoyage quotidien du frigo. À ce titre, l’entreprise précise qu’aucune boîte n’est jetée puisqu’elle travaille avec des partenaires locaux pour donner les éventuelles boîtes non consommées soit à des associations de redistribution alimentaire, soit à des associations d’aide aux animaux, ou encore à des organismes qui produisent du compostage. La start-up s’engage également à promouvoir le dispositif auprès des collaborateurs des entreprises avec lesquelles elle travaille, et à fournir chaque trimestre des données concernant son impact social et environnemental.

Ce qui est intéressant, pour ses clients, c’est que ce simple frigo jaune constitue à la fois un joli projet pour les salariés (et pour l’environnement !) et un moyen de remplir les obligations fixées par la loi en matière de gaspillage alimentaire. En effet, la loi Grenelle II contraint désormais les grandes entreprises à inclure dans leur rapport de gestion des informations « sur la manière dont la société prend en compte les conséquences sociales et environnementales de son activité », ainsi que sur son engagement en faveur du développement durable. Adoptée en février 2016, la loi dite « loi Garot » y ajoute l’obligation de préciser les actions menées pour lutter contre le gaspillage alimentaire.
 
De fait, depuis l’adoption de ces deux textes, les initiatives visant à réduire le gaspillage alimentaire au sein des restaurants, des supermarchés, des entreprises et des organismes publics se sont multipliées, à l’instar de lefrigojaune, créant une dynamique locale vertueuse autour de la valorisation des déchets alimentaires.

Back to top
comments powered by Disqus