Le plastique de noyaux d’avocats, la bonne idée circulaire

À l’heure où la guerre contre les produits en plastique à usage unique est déclarée, la société BIOFASE fabrique des couverts biodégradables à partir d’un sous-produit agricole très abondant au Mexique : le noyau d’avocat.

Des produits non seulement biosourcés et biodégradables, mais aussi fabriqués à partir de déchets agro-industriels.

Le Mexique est le premier producteur et exportateur mondial d’avocats. Le boom de la demande internationale, notamment en provenance d’Amérique du Nord et d’Europe, a fait augmenter la production mexicaine – et les prix – de ce fruit rebaptisé « or vert ».
Il est aujourd’hui possible de transformer le noyau d’avocat en plastique biodégradable dans le cadre d’une économie circulaire.
C’est l’idée qu’a eue le fondateur de BIOFASE, Scott Munguia, lors de ses études d’ingénieur chimiste à la prestigieuse université Tecnológico de Monterrey.
Après plusieurs mois de recherche, il est parvenu à obtenir un polymère permettant de confectionner des produits biodégradables, et a mis au point un procédé de fabrication industrielle. Quelques années plus tard, il a créé son entreprise qui produit des pailles et couverts jetables biosourcés à partir de noyaux d’avocats, basée dans l’État de Michoacán, capitale mondiale de ce fruit.
BIOFASE travaille avec des entreprises transformatrices d’avocats – des fabricants de guacamole ou d’huile, par exemple – pour collecter leurs noyaux. Ces derniers sont concassés pour obtenir une résine thermoplastique à partir de laquelle les pailles et couverts sont fabriqués.
 

Biodégradable en 240 jours

Le produit fini est composé à 60 % de bioplastique issu de noyaux d’avocats, qui se décompose en 240 jours environ sous l’effet de l’humidité, de la chaleur et sous l’action de micro-organismes. Habituellement, ces noyaux finissent incinérés ou en décharge, et ne sont donc pas valorisés.
Les produits de BIOFASE ne sont donc pas seulement biosourcés et biodégradables, ils sont aussi fabriqués à partir d’un déchet agro-industriel disponible, à la différence d’une source de matières premières agricoles (maïs, pommes de terre…). Ce qui présente beaucoup d’intérêt du point de vue du développement durable.
BIOFASE contribue ainsi à réduire la production de plastique à partir du pétrole, et valorise une ressource abondamment disponible au Mexique. La preuve, s’il en fallait encore, que les alternatives au plastique ne manquent pas.

Image principale © Veolia © Noémie Rosset

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus