Econyl, le fil nylon recyclable à l’infini

Aquafil produit du nylon 6 recyclé à partir de déchets, en particulier les filets de pêche usagés ou abandonnés. L’entreprise a construit un véritable réseau international de collecte, lui permettant de régénérer ce matériau recyclable à l’infini.

Le nylon 6 a la particularité de pouvoir être dépolymérisé et repolymérisé sans perte de qualité.

En 2011, Aquafil, une entreprise italienne spécialisée dans la fabrication de polymères, décidait de lancer un ambitieux projet de récupération et de « régénération » du nylon usagé. Objectif : produire du nylon recyclé présentant les mêmes caractéristiques et qualités que le nylon vierge. Le résultat ? Econyl, une fibre textile qui entre dans la composition de vêtements de sport, de maillots de bain ou de revêtements de sol. Econyl est adopté par plusieurs grandes marques des industries de la mode et de l’aménagement intérieur.
Fondée en 1969 à Trente, au nord-est de l’Italie, Aquafil produit du nylon depuis cinquante ans. Plus précisément du nylon 6, qui a la particularité de pouvoir être dépolymérisé et repolymérisé sans perte de qualité. Cela veut dire que le nylon 6 est recyclable à l’infini. Un matériau « éternel », c’est génial, encore faut-il pouvoir s’en procurer en quantité suffisante pour satisfaire la demande. Après avoir mis au point un procédé complexe de recyclage, permettant de maintenir, voire augmenter, la qualité du nylon (Giulio Bonazzi, le PDG d’Aquafil, préfère d’ailleurs parler de « régénération »), le défi a donc été de créer une filière d’approvisionnement fiable afin d’assurer la continuité de la production du fil Econyl.
C’est dans cet objectif qu’Aquafil a lancé un programme de récupération, « Econyl Reclaiming Programme », en collaboration avec des entreprises clientes, des institutions et ONG ou des consortiums public-privé. Ce véritable réseau international de collecte de déchets composés entièrement ou en partie de nylon 6 a permis de construire une chaîne d’approvisionnement. Grâce à ce réseau, les clients peuvent retourner leurs produits en fin de vie et l’entreprise a accès à une grande quantité et variété de déchets en nylon à travers le monde : chutes de tissus, vêtements, vieux tapis ou moquettes, filets de pêche, etc.
 

Libérer les océans des filets de pêche

Parmi ces déchets, Aquafil met l’accent sur la récupération et la valorisation des filets de pêche usagés ou abandonnés dans les océans. Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme des Nations unies pour l’environnement, les équipements abandonnés dans les océans – dont les filets en nylon – représentent 10 % des déchets marins.
L’entreprise a donc noué plusieurs partenariats pour réduire l’impact de ces filets sur la vie marine. Elle participe ainsi à l’initiative Net-Works, qui collecte des filets de pêche usagés aux Philippines et au Cameroun en coopération avec les communautés de pêcheurs locales et les transforme en dalles de moquette. Elle a également cocréé Healthy Seas, qui récupère les filets abandonnés dans la mer du Nord, la mer Adriatique et la Méditerranée.

Image principale © Getty Images

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus