Du vêtement… au vêtement

Publié le 06 mai 2021

Grâce à un processus de recyclage textile en boucle fermée, le système « Garment-to-Garment » permet de transformer les vieux vêtements en nouveaux vêtements. Une prouesse.

Selon la Fondation Ellen MacArthur, seulement 12% des matériaux utilisés dans les vêtements sont recyclés. Plus précisément, nos vieux habits sont, dans leur immense majorité, sous-cyclés (ou recyclés « par le bas »), c’est-à-dire que la valeur de ce que l’on obtient après recyclage est plus faible que la valeur de ce que l’on avait au départ. Généralement, on en fait des matériaux d'isolation thermique, de garnissage de matelas ou des chiffons.

Le système Garment-to-Garment (G2G) fait l’inverse. Développé conjointement par le Hong Kong Research Institute of Textiles and Apparel (HKRITA) et la Fondation H&M et Novetex Textiles, gros producteur de fils textiles et d’étoffes en mailles hongkongais, G2G permet d’obtenir de nouveaux vêtements.

Une prouesse rendue possible grâce à un processus complet de recyclage textile en boucle fermée, qui n'utilise ni eau ni produits chimiques, et qui permet de désassembler et ré-assembler les habits collectés. Voici comment.

 

Portes ouvertes à Hong-Kong

Le vieux vêtement est d’abord désinfecté à l’ozone. Il est ensuite déchiqueté en petits morceaux de fibres textiles. Une matière vierge est ajoutée pour renforcer la fibre. Le plus souvent, il s'agit de coton, précise le HKRITA, dont le pourcentage varie en fonction de la qualité du vêtement d’origine et de ce qui aura été perdu lors du processus. Viennent ensuite le cardage et le filage pour obtenir des fils qui seront tricotés dans une toute nouvelle pièce.

Ces différentes étapes sont réalisées à l’intérieur d’un container standard de 40 pieds (12 mètres), conçu pour pouvoir s’intégrer dans un grand magasin ou une galerie marchande. L'espace est transparent, ce qui permet aux curieux d'observer l’ensemble du processus.

Ainsi, Garment-to-Garment a ouvert ses portes en septembre 2018 à The Mills, un complexe hébergeant un incubateur d'entreprises, des espaces culturels et des concept stores, installé dans une ancienne usine de filature réaménagée qui a connu l’âge d’or de l’industrie textile à Hong Kong.

Le système est opérationnel, mais seulement à petite échelle. Il permet de recycler les pulls et les t-shirts pour les transformer en pull à col en v ou col rond. Les clients doivent prendre rendez-vous et ne peuvent apporter qu’un seul vêtement usagé à la fois.

 

Machine à recycler les vêtements en Suède

En octobre 2020, H&M installait un dispositif similaire – celui-ci baptisé “Looop” – dans un de ses magasins situé dans la rue piétonne de Drottninggatan, à Stockholm. Pour 100 à 150 couronnes suédoises (entre 10 et 15 euros environ), les clients peuvent déposer leurs vêtements usagés et les voir être recyclés en temps réel. Tous les profits doivent aller à des projets liés à la recherche sur les matériaux.

C’est la première fois qu’un système de recyclage de ce type est installé en boutique, selon le fabricant qui espère encourager les autres grandes enseignes de prêt-à-porter à intensifier leurs efforts en matière de recyclage textile.

Cette initiative ne doit toutefois pas faire oublier que l’un des principes fondamentaux d’une mode plus durable est de produire et acheter moins de vêtements, soit ralentir le rythme fou imposé par des marques de fast-fashion comme H&M.