© Veolia

Dans cette usine, on stocke l’électricité dans des batteries

Dans son usine d’incinération des déchets dangereux située à Ellesmere Port au Royaume-Uni, Veolia expérimente le stockage d’électricité grâce à des batteries lithium-ion. Une première.

Le principe est simple : les batteries emmagasinent de l’électricité pendant les heures creuses (quand la demande est moins forte) et alimentent l’usine pendant les heures de pointe.

Pour lutter contre le changement climatique, de nombreux États ont saisi ces dernières années l’importance d’amorcer leur transition énergétique. L’enjeu principal : réduire les émissions de CO2, responsables en grande partie du réchauffement de l’atmosphère. Ces émissions proviennent essentiellement de la combustion des énergies fossiles. Pour les limiter, deux possibilités : changer nos modes de production en ayant recours à des énergies propres (éolien, solaire, etc.) et réduire la consommation énergétique, ou du moins optimiser l’utilisation des ressources énergétiques.

Un enjeu prioritaire pour la ville d’Ellesmere Port (environ 55 000 habitants), près de Liverpool. Ce pôle industriel de premier plan au Royaume-Uni compte en effet de nombreuses usines et installations très énergivores. L’explosion de son activité ces dernières années a engendré une augmentation de la population et, en conséquence, la construction de nouvelles infrastructures. Résultat : le réseau électrique local est sous pression.

Ellesmere Port accueille également une usine d’incinération de Veolia où sont traitées chaque année quelque 100 000 tonnes de déchets énergétiques dangereux. Son incinérateur à haute température (jusqu’à 1 200 °C) est l’un des plus avancés d’Europe sur le plan technologique, mais il est aussi très énergivore. Un poids supplémentaire sur le réseau énergétique local.

 

Réduire la pression

Pour alléger cette charge, Veolia a décidé d’installer pour la première fois des batteries de type lithium-ion dans son usine. Il s’agit à ce jour de la technologie la plus mature pour stocker l’énergie. Le principe ? Les batteries emmagasinent de l’électricité pendant les heures creuses (quand la demande est moins forte) et alimentent l’usine pendant les heures de pointe.

Cette solution permet de réduire la pression sur le réseau pendant les pics de consommation. Un bon moyen d’optimiser l’utilisation des ressources énergétiques, ce qui est justement l’un des grands principes de l’économie circulaire.

Autre avantage non négligeable : achetée aux heures creuses, l’électricité coûte moins cher, ce qui permet de réduire la facture énergétique de l’usine. Enfin, en cas de coupure de courant, les batteries ont une autonomie d’une heure, ce qui leur permet d’alimenter l’incinérateur suffisamment longtemps pour qu’il soit mis hors tension de manière sécurisée.

 

Stabiliser le réseau

Ce n’est pas tout. La technologie de stockage de l’électricité par batterie peut aussi contribuer à stabiliser le réseau énergétique local. En effet, en Europe, les opérateurs nationaux ont l’obligation légale de maintenir la fréquence du réseau à 50 Hz. Une gageure dans le cas de la ville d’Ellesmere Port où la demande dépasse souvent la capacité de production.

Veolia estime qu’une seule des batteries de son usine (de la taille d’une petite voiture familiale) est capable de fournir environ 385 kWh : l’équivalent de l’énergie nécessaire à l’alimentation journalière de 1 000 foyers. Les batteries pourraient ainsi permettre de stabiliser la fréquence du réseau électrique de la ville en palliant le manque d’énergie (en cas de panne inopinée d’une centrale, par exemple) ou en absorbant le surplus (comme la nuit).

Cette solution est d’autant plus prometteuse que le Royaume-Uni se tourne vers les énergies renouvelables. Le gouvernement a annoncé la fin du recours au charbon dans les centrales électriques d’ici 2025. Le pays représente par ailleurs 53 % de la capacité éolienne d’Europe, selon l’association WindEurope.

Or, les énergies renouvelables étant par nature intermittentes – on ne contrôle pas le vent et le soleil –, la technologie de stockage par batterie permet justement d’assurer la continuité du réseau. L’électricité est stockée dans une batterie, qui prend le relais s’il n’y a pas de vent.

Crédits : Photothèque Veolia

Back to top
comments powered by Disqus