Contre le gaspillage alimentaire, un emballage… en spray

Publié le 04 March 2021

Et si l’on mangeait les emballages des aliments pour soulager la planète ? C’est l’idée d’une entreprise américaine avec un emballage en spray comestible pour les fruits et légumes.

Pour ralentir le pourrissement des fruits et légumes, cette « seconde peau » permet d’empêcher l’eau de s’échapper de leur surface et l’oxygène d’y pénétrer.

En France, près de 1,2 million de tonnes de plastique ont été utilisées pour les emballages ménagers en 2018. Si les bouteilles et flacons sont recyclés à 56 %, cette part est de 4 % pour les emballages plastiques qui servent notamment à protéger les aliments. 

Dans le même temps, chaque année en Europe, 88 millions de tonnes d’aliments se gâtent avant d’atteindre le palais des consommateurs. Les fruits et légumes, en particulier, car les acteurs de la chaîne de distribution ne réussissent pas toujours à éviter des gaspillages massifs. 

Pourtant, il est possible d’agir pour ralentir l’oxydation des produits frais : il suffit d’empêcher l’eau de s’échapper de leur surface et l’oxygène d’y pénétrer. Si l’emballage plastique des fruits et légumes n’est clairement pas une solution écologique, une matière biodégradable ne pourrait-elle pas jouer ce rôle de barrière ?

Une « seconde peau » naturelle

Aux États-Unis, l’entreprise Apeel Sciences a été financée par la Fondation Bill & Melinda Gates pour répondre à cet objectif précis. Apeel, c’est un traitement en spray d’origine végétale et entièrement comestible qui recouvre les fruits et légumes pour augmenter leur durée de conservation.
Outre-Atlantique, cette « seconde peau » aurait déjà réduit de plus de moitié le gaspillage dans les supermarchés qui l’ont pulvérisée sur leurs pommes, leurs asperges et leurs citrons.

Et en Europe ? Approuvée par la Commission européenne en juin 2019, cette technologie est testée actuellement par des supermarchés au Danemark, en Allemagne et au Royaume-Uni. Si son succès se confirme, elle pourrait devenir un nouvel acteur dans la lutte contre le gaspillage alimentaire… Une promesse en accord avec le plan d’action pour l’économie circulaire de la Commission européenne.