Au Royaume-Uni, la lutte contre la pollution plastique s’intensifie

Plus de 40 grandes entreprises britanniques ont signé le « Pacte anti-plastiques » initié par l’organisation écologiste WRAP. Objectif : 100 % d’emballages plastiques réutilisables, recyclables ou biodégradables à l’horizon 2025.

Un grand pas en avant : les industriels signataires sont à l’origine de 80 % des emballages plastiques produits au Royaume-Uni.

La guerre contre la pollution plastique est déclarée au Royaume-Uni. En janvier 2018, la Première ministre britannique Theresa May a annoncé la mise en place d’un plan de lutte global contre les déchets plastiques. L’objectif : éliminer tous les plastiques « évitables » d’ici 2025 au Royaume-Uni. Une priorité, quand on sait que seuls 43 % des 13 milliards de bouteilles en plastique utilisées chaque année dans le pays sont recyclés.
Si plusieurs organisations écologistes du pays ont jugé ce dispositif insuffisant, une quarantaine de grands producteurs et distributeurs ont souhaité démontrer leur engagement. Ils ont signé le UK Plastics Pact, lancé par le groupe de développement durable Waste and Resources Action Programme (WRAP) avec le soutien de la Fondation Ellen MacArthur. Parmi les signataires, on remarque Coca-Cola, Nestlé, Danone, Lidl, Tesco, Sainsbury’s, Marks & Spencer, Aldi ou encore Procter & Gamble. Leur volonté : en finir avec la culture du jetable qui pollue nos écosystèmes et adopter une approche plus circulaire dans le cycle de vie des plastiques.
À travers ce pacte, les signataires s’engagent à ce que 100 % de leurs emballages plastiques soient réutilisables, recyclables ou compostables d’ici 2025. Dans sept ans, donc, tous les emballages plastiques devront être conçus de manière à pouvoir avoir une seconde vie plutôt que de finir en décharge, ou pire, dans la nature. Le pacte prévoit d’ailleurs qu’à cette échéance, 70 % des emballages soient effectivement recyclés.
Les futurs emballages devront aussi contenir au moins 30 % de matières issues du recyclage. Enfin, les grandes firmes signataires se sont engagées à éliminer l’usage du plastique « dans les cas qui posent problème ou lorsque c’est inutile », comme pour le suremballage, par exemple.
C’est un grand pas en avant quand on sait qu’ensemble, ces industriels sont à l’origine de 80 % des emballages plastiques produits dans le pays.

 

Volontarisme gouvernemental

La signature de ce pacte s’inscrit dans le cadre d’une politique volontariste des pouvoirs publics pour endiguer le fléau de la pollution plastique.
Après la généralisation des sacs en plastique payants dans tous les commerces du pays – mesure décidée en janvier 2018 –, une série d’autres dispositions étaient en discussion à l’approche de l’été 2018. Parmi elles, la mise en place d’un système de consigne pour les bouteilles en plastique, et l’interdiction généralisée des plastiques à usage unique comme les cotons-tiges, les touillettes et les pailles. Le Royaume-Uni compte en effet parmi les pays les plus consommateurs de ces dernières : 8,5 milliards de pailles finissent ainsi en décharge chaque année !
La Première ministre britannique espère que le vent de l’économie circulaire soufflera aussi dans les pays membres du Commonwealth. Son ambition : y éliminer tous les plastiques évitables d’ici 2042.

Image principale ©Getty Image

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus