Au Mexique, les déchets des cimenteries deviennent énergie grâce à Veolia

Posted on 20 avril 2020.

Veolia et Cemento y Concreto Moctezuma ont signé un contrat pour la construction d’une unité de traitement des déchets industriels à San Luis Potosí, au Mexique. Une fois opérationnelle, elle pourra traiter jusqu’à 40 000 tonnes de déchets par an.

Situé au centre du Mexique dans le Bajío, une des régions les plus dynamiques du pays, qui a connu un fort développement industriel et économique au cours des quinze dernières années, l’État de San Luis Potosí va bientôt accueillir une unité de valorisation énergétique des déchets industriels. Cette installation est le fruit d’un contrat de dix ans signé entre Veolia et Cemento y Concreto Moctezuma, une des plus importantes entreprises mexicaines de ciment et de béton.

Une fois opérationnelle, elle transformera les déchets dangereux en combustible alternatif pour alimenter les fours servant à la fabrication du ciment. Lors de sa première année de production, l’usine devrait traiter 10 000 tonnes de déchets par an pour atteindre progressivement une capacité totale de 40 000 tonnes de déchets par an.

Par nature, les déchets dangereux peuvent générer des effets négatifs sur la santé humaine et l’environnement. Aussi leur collecte, leur transport et leur traitement doivent-ils faire l’objet de précautions particulières et de nombreux États, collectivités et entreprises cherchent à réduire leur production et à privilégier leur valorisation. C’est l’un des objectifs visés par le projet.

La solution de gestion intégrée de ces déchets mise en œuvre par Veolia doit permettre à Cemento y Concreto Moctezuma de réduire ses coûts, mais aussi son impact environnemental, conformément aux engagements pris par l’entreprise mexicaine.
En transformant un déchet « encombrant » en ressource – un combustible à faible teneur en carbone et à forte valeur ajoutée –, l’usine de San Luis Potosí constitue un exemple significatif d’économie circulaire. Cette valorisation élimine la nécessité de recourir aux combustibles fossiles pour alimenter les fours et évite l’utilisation de l’équivalent de 1 600 camions par an pour le transport des déchets (qui produit près d’un million de tonnes équivalent CO2) vers des décharges spéciales, réduisant ainsi les émissions de CO2.

Cette installation sera la deuxième de ce type exploitée par Veolia au Mexique. À Ecatepec de Morelos, dans l’État de Mexico, une unité de traitement située dans la zone industrielle de Xalostoc reçoit et transforme déjà une partie des déchets issus de diverses industries en combustible alternatif.
 

CRÉDITS PHOTOS : Image principale © Getty Images