©Getty Images

Après la nourriture sous vide, la nourriture du vide ?

Des chercheurs finlandais ont développé un aliment inédit et 100 % durable, dont l’ingrédient unique est du CO2 traité par électricité…

Le 2 août, l’humanité avait déjà consommé les ressources naturelles que la Terre peut renouveler en un an alors que seulement 58 % de l’année s’étaient écoulés. Une échéance symbolique qui risque d’intervenir encore plus tôt dans l’année lorsque l’on sait que la population de la planète passera de 7 à près de 10 milliards d’habitants d’ici à 2050. À moins que la Finlande ait trouvé une solution… Une solution qui porte le nom surprenant de « réacteur à protéines ».
 
Dans le cadre du projet « Neo-Carbon Energy », qui développe un nouveau système entièrement basé sur les énergies renouvelables, le VTT Technical Research Centre of Finland Ltd, le Finland Futures Research Centre (FFRC) à l’université de Turku et la Lappeenranta University of Technology (LUT) sont en effet parvenus à créer ce qui, selon les chercheurs impliqués dans le projet, pourrait permettre de lutter contre la faim dans le monde.
 

Tout ce dont l’homme a besoin

De la taille d’une machine à café, le « réacteur à protéines » produit une poudre marron hautement nutritive, composée à 50 % de protéines, à 25 % de glucides, mais aussi de graisses et d’acides nucléiques. Tout ce dont l’homme a besoin. Comment ? En capturant le dioxyde de carbone présent dans l’air, lequel, grâce à un ajout de nutriments chimiques et un traitement électrique, est transformé en poudre.
 
Les chercheurs finlandais affirment d’ailleurs que la « fabrication de nourriture par électricité » serait dix fois plus efficace en termes d’énergie que la photosynthèse qui fait pousser les plantes.
 
En plus de contribuer à la lutte contre la faim dans le monde, l’invention finlandaise pourrait permettre de nourrir le bétail et donc de libérer des sols pour y installer de nouvelles cultures ou participer à la reforestation.
 
Pour l’heure, le VTT Technical Research Centre of Finland Ltd, le Finland Futures Research Centre et la Lappeenranta University of Technology en sont encore aux balbutiements : il faut en effet deux semaines pour produire un gramme de poudre, soit l’équivalent d’une cuillère à café…
 
Une fois tout à fait au point, le « réacteur à protéines » s’annonce comme robuste, sa matière première étant infinie.
 

EN SAVOIR PLUS

> Dans le poisson (aussi), tout est bon !
La lutte contre le gâchis alimentaire s’organise
Des invendus au menu

Photo principale : ©Getty Images

Back to top
comments powered by Disqus