Skavenji, la box open source pour produire son électricité à la maison

Cette start-up française veut démocratiser l’autoconsommation énergétique en permettant aux particuliers de produire leur propre énergie renouvelable chez eux comme on cultive des tomates dans son potager. Comment ? Grâce à un simple petit boîtier en bois

L’enjeu, pour Skavenji, est de faire émerger d’un écosystème de « makers de l’énergie ».

Fondée à Nice en 2016 par Gaël Desperriès, un ingénieur spécialisé en énergie préoccupé par la transition énergétique, la start-up française Skavenji s’est donné pour mission de rendre la production d’énergie renouvelable autonome et accessible à tous. Pour ce faire, elle développe un boîtier ingénieux, qui permet aux utilisateurs de produire et consommer directement de petites quantités d’électricité.
Skavenji est une solution « plug-and-play » qui repose sur une box fournie avec un petit panneau solaire, pouvant être facilement installée dans un salon ou un bureau, et à laquelle il est possible de connecter diverses petites sources électriques supplémentaires (un panneau photovoltaïque, une éolienne artisanale, un vélo générateur, etc.). Il suffit ensuite de brancher la box sur une prise de courant pour alimenter les appareils du quotidien, essentiellement de l’électronique et de l’éclairage basse consommation : téléphone, ordinateur, tablette, chaîne hi-fi, routeur, télévision, lampes…
 

Vers l’autosuffisance énergétique

Il s’agit là d’une petite production domestique, qui ne permet pas de s’affranchir du réseau de distribution (les 300 Wh produits par jour par le panneau solaire et par les sources locales ajoutées ne suffisent pas à couvrir la consommation de tous les appareils, toute la journée) ni d’y réinjecter l’électricité. Skavenji répond néanmoins à une aspiration de certains citoyens à l’autosuffisance et à faire un premier pas vers une consommation durable.
En outre, une application mobile permet de visualiser sa production, les économies réalisées, mais aussi son impact environnemental, et des tutoriels pour apprendre comment installer ses propres sources d’énergie renouvelable sont publiés sur une plateforme communautaire. L’enjeu, pour Skavenji, est « d’aider à l’émergence d’un écosystème de "makers de l’énergie", et de promouvoir l’innovation, l’éducation et la réappropriation citoyenne des problématiques énergétiques. »
Partant du principe que l’énergie est l’affaire de tous (raison pour laquelle le design et le logiciel de Skavenji seront mis en open source), la start-up incite les utilisateurs à devenir des producteurs actifs, à imaginer, fabriquer et tester leurs créations, à s’inspirer des réalisations des autres contributeurs et à partager les leurs.
 

Design low-tech et circulaire

Inspiré par le smartphone modulaire et durable Fairphone et le projet OpenEnergyMonitor, le système Skavenji s’inscrit dans l’économie circulaire et la low-tech. Les boîtiers sont conçus pour être durables, réparables et réutilisables. Ils sont fabriqués et assemblés localement en France, avec le plus de matériaux naturels, réemployés ou recyclés, possible.
Le nom Skavenji est une contraction du verbe anglais « scavenge » (récupérer) et du mot « énergie ». Cela traduit parfaitement la volonté de la start-up de privilégier une technologie simple, pratique et accessible, qui repose sur la valorisation de vieux appareils mis au rebut : alternateurs, dynamos, moteurs pas-à-pas, ou panneaux solaires usagés… « Il y a […] dans le projet l’idée que nous pouvons (et devrions) tirer parti de quantité de petits gisements inexploités d’énergie », peut-on lire sur le site de Skavenji.
Financé en partie grâce à une campagne de crowdfunding sous forme de dons lancée sur la plateforme Zeste, Skavenji est encore en développement. Les premières SkavenjiBox devraient être livrées au début du troisième trimestre 2019.
 

Image principale : @NoemieRosset/Veolia

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus