Cette banque pour enfants sensibilise ses clients à la réduction des déchets

Créée au Pérou par un enfant de 7 ans, la Bartselana éduque les jeunes à la gestion des déchets en leur permettant de gagner de l’argent grâce au recyclage.

C’est une banque d’un genre nouveau qui a ouvert ses portes en 2012 à Arequipa, « la Cité blanche », au sud-ouest du Pérou. La Banco Cooperativo del Estudiante Bartselana se présente comme la première banque pour enfants (on pense également à la banque Children’s Development Khazana, créée à la même époque pour les enfants des rues en Inde). Elle propose à ses clients de déposer des déchets solides dans des points de collecte en échange d’une somme d’argent, créditée sur leur compte.
Fondée par José Adolfo Quisocala Condori, aujourd’hui âgé de 14 ans, la Bartselana veut promouvoir l’éducation et l’inclusion financières auprès des jeunes Péruviens, et les sensibiliser à la réduction des déchets. Le projet a reçu plusieurs récompenses nationales et internationales, notamment lors du Prix du climat pour les enfants en 2018.
Passionné par la finance depuis son plus jeune âge, José Adolfo a l’idée de créer une banque pour les enfants à 7 ans, alors qu’il est scolarisé dans une école publique de la ville péruvienne d’Arequipa. Il voit certains de ses camarades se priver de déjeuner, car ils ont dépensé le peu d’argent dont ils disposent pour acheter des bonbons ou des cartes à collectionner. Surtout, aux portes de l’école, il voit les enfants pauvres, ceux qui sont obligés de travailler pour subvenir à leurs besoins. Pourquoi ne pas éduquer ces enfants à la finance, leur donner goût à l’épargne ?
Armé de courage et d’une détermination sans faille, José Adolfo parvient à convaincre une poignée de professeurs et d’élèves de la viabilité de son projet. Un concours organisé dans sa localité lui permet d’obtenir le soutien d’une coopérative locale pour réaliser les démarches officielles pour ouvrir sa banque. C’est ainsi que la Banco Cooperativo del Estudiante Barselana est née, une banque proposant des prêts ou des produits de microassurance aux enfants et aux adolescents, et les aidant à fixer – et tenir – des objectifs d’épargne.
 

Gagner de l’argent en collectant les déchets

La véritable innovation de cette banque, c’est qu’elle donne la possibilité à ses clients d’alimenter leur compte en collectant les déchets. « Les enfants apportaient parfois des économies de quelques centimes, et je leur avais promis qu’ils pourraient acheter un vélo, un PC ou un ordinateur portable, mais avec de telles sommes d’argent, cela prendrait beaucoup de temps », raconte José Adolfo au Guardian. Il réfléchit alors à une solution leur permettant de gagner de l’argent et pense rapidement aux déchets, une ressource inépuisable et sous-exploitée.
Bien sûr, l’idée n’est pas de mettre les enfants dans la rue afin qu’ils ramassent les déchets. C’est au contraire qu’ils contribuent à éviter que ces déchets ne finissent dans la rue en les collectant à la maison. Bouteilles et emballages en plastique, cartons, papiers usagés… Les enfants trient les déchets solides et les déposent à un point de collecte, situé dans leur école, où ils sont pesés. Ces déchets sont ensuite revendus à des entreprises de recyclage locales et l’argent de la vente est placé sur le compte en banque des écoliers. Ils sont les seuls à pouvoir retirer cet argent ; leurs parents n’y ont pas accès.
La Bartselana compte aujourd’hui près de 2 000 clients, âgés de 7 à 18 ans. Grâce aux kiosques répartis dans sept écoles d’Arequipa – bientôt plus –, elle permet le recyclage d’environ 4 tonnes de déchets chaque mois. José Adolfo étudie désormais à domicile. Il apparaît dans le documentaire français sorti le 25 septembre 2019 au cinéma et réalisé par Gilles de Maistre, Demain est à nous.

Image principale : @Noémie Rosset

Sur le même sujet

Back to top
comments powered by Disqus