Cet été, je fais le tri dans mon armoire à pharmacie

Les Français sont de plus en plus nombreux à rapporter leurs médicaments non utilisés à la pharmacie. Comment faire le tri à la maison ?

Chaque année, d’énormes quantités de médicaments finissent à la poubelle. En France, près de la moitié des médicaments ne serait pas consommée. Pour limiter ce gâchis, le gouvernement envisage de proposer la vente des médicaments à l’unité. En attendant, chacun d’entre nous peut faire le tri dans son armoire à pharmacie.

 
 


La valorisation énergétique des médicaments non utilisés permet d’éclairer et de chauffer l’équivalent de 7 000 logements.


Depuis 2007, la collecte des médicaments est obligatoire dans toutes les pharmacies. L’objectif est double : renforcer la sécurité sanitaire en prévenant les risques d’intoxications par ingestion accidentelle ou de confusions médicamenteuses, et éviter les rejets médicamenteux dans la nature.
C’est l’association Cyclamed – qui regroupe tous les laboratoires pharmaceutiques – qui est chargée de collecter et de traiter les « MNU », les médicaments non utilisés. Le gisement est important. Selon une étude menée par l’institut CSA, il représente 19 000 tonnes par an.
Après avoir contrôlé les médicaments rapportés par les particuliers, le pharmacien les dépose dans un carton spécifique. Une fois pleins, les cartons sont collectés par les grossistes et acheminés vers une usine d’incinération. L’énergie produite est valorisée sous forme de chaleur ou d’électricité. Selon Cyclamed, « la valorisation énergétique des MNU est réalisée dans 55 unités de valorisation, permettant d’éclairer et de chauffer l’équivalent de 7 000 logements ».
Cette valorisation énergétique de nos médicaments commence par un tri rapide à la maison. Avant de les rapporter chez le pharmacien, mettez les emballages en carton et les notices en papier dans les bacs de tri sélectif, puis placez dans un sac les médicaments, dans leur plaquette ou leur flacon. Cela concerne les médicaments non utilisés, périmés ou non, à savoir : les boîtes entamées ou périmées, les comprimés, les gélules, les pommades, les crèmes et gels, les sirops, les ampoules, les suppositoires et ovules, les patchs, les aérosols, les sprays ou inhalateurs.
Les Français sont de plus en plus nombreux à adopter ce geste écocitoyen, qui s’inscrit dans une démarche globale de tri des déchets. Un sondage BVA de mars 2017 révèle que près de 80 % d’entre eux déclarent rapporter leurs MNU chez leur pharmacien. En 2016, 11 884 tonnes de médicaments non utilisés ont été collectées et valorisées.
comments powered by Disqus