©Rod Tamlyn / Andrew Robertson

L’Australie produit de l’électricité avec ses déchets

Dans la ville d’Iswich, Veolia a installé une centrale bioénergétique, qui produit du biogaz à partir de la fermentation des déchets. Une fois récupéré, il est transformé en électricité verte.

Ti Tree produit suffisamment d’électricité verte pour alimenter quotidiennement 2 500 foyers.

La gestion des déchets fait partie des grands enjeux environnementaux du 21e siècle. En se dégradant, les déchets rejettent naturellement du biogaz, un mélange de méthane et de dioxyde de carbone. Non récupéré, le biogaz contribue fortement au réchauffement climatique. Or aujourd’hui, il est possible de le valoriser pour produire de l’énergie renouvelable. Un procédé que Veolia met en œuvre en Australie depuis 2008.

Le bioréacteur « Ti Tree »

Dans la banlieue d’Iswich, non loin de la ville de Brisbane, Veolia a mis en place un bioréacteur. La technologie a été baptisée « Ti Tree ». Il s’agit d’une installation d’élimination des déchets respectueuse de l’environnement. Le complexe s’étend sur un ancien site minier : un trou béant de 36 millions de m3 que la ville d’Iswich souhaitait réhabiliter.

D’immenses casiers étanches enterrés dans le sol permettent de stocker divers types de déchets industriels et organiques. Très humides et contenant peu d’oxygène, les casiers créent des conditions favorables à la dégradation des déchets et par conséquent à la libération de biogaz. Ce dernier est récupéré et acheminé jusqu’à une centrale, où il sert de combustible pour produire de l’électricité. Une énergie renouvelable qui est ensuite distribuée aux habitants de la région

Au total, Ti Tree produit suffisamment d’électricité verte pour alimenter quotidiennement 2 500 foyers. Par ailleurs, Veolia valorise la partie organique des déchets pour créer un engrais très riche, destiné aux exploitations agricoles et horticoles locales.

Une gestion circulaire des déchets

Sur une période de dix ans, l’installation permet d’éviter l’émission de plus de 3 millions de tonnes de gaz à effet de serre : l’équivalent des émissions qui auraient été rejetées si les déchets avaient été placés dans des décharges classiques.

De plus, dans la mesure où le bioréacteur accélère la dégradation des déchets, il va permettre à la ville d’Iswich de réhabiliter rapidement l’ancien site minier sur lequel il est installé. En effet, on estime qu’un bioréacteur permet de stabiliser les déchets en une quinzaine d’années, alors qu’il en faut plutôt une centaine pour une décharge classique.

En résumé, Ti Tree permet à Iswich de mettre en œuvre  le principe de l’économie circulaire : faire de ses déchets une ressource. Une initiative qui pourrait bien servir de modèle aux autres villes australiennes qui souhaitent traiter leurs déchets de manière plus durable.

En savoir plus :

- Sydney convertit les déchets alimentaires en électricité verte
- De l’électricité garantie 100 % tomate
- Cotraiter les déchets pour produire de l’énergie

 

Image principale : ©Rod Tamlyn / Andrew Robertson

comments powered by Disqus